La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 638,46
    -63,52 (-0,95 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 158,51
    -36,41 (-0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 798,00
    +33,18 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,1718
    -0,0029 (-0,25 %)
     
  • Gold future

    1 750,60
    +0,80 (+0,05 %)
     
  • BTC-EUR

    36 978,28
    +297,20 (+0,81 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 067,20
    -35,86 (-3,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,95
    +0,65 (+0,89 %)
     
  • DAX

    15 531,75
    -112,22 (-0,72 %)
     
  • FTSE 100

    7 051,48
    -26,87 (-0,38 %)
     
  • Nasdaq

    15 047,70
    -4,54 (-0,03 %)
     
  • S&P 500

    4 455,48
    +6,50 (+0,15 %)
     
  • Nikkei 225

    30 248,81
    +609,41 (+2,06 %)
     
  • HANG SENG

    24 192,16
    -318,82 (-1,30 %)
     
  • GBP/USD

    1,3681
    -0,0040 (-0,29 %)
     

Macron joue avec la droite, plus que jamais

·2 min de lecture

EDITO - Dans la bataille pour la primaire à droite, le ton se durcit pour éliminer l'adversaire. Eric Ciotti cible les extrêmes, tandis que Valérie Pécresse joue les Margaret Thatcher, dans l'optique de l'affrontement avec Xavier Bertrand. Tous libèrent de la place au centre et font le jeu d'Emmanuel Macron pour la présidentielle.

y a quelques jours seulement, Xavier Bertrand, principal postulant de la droite à l’élection présidentielle 2022, a fini par reconnaître qu’il était favorable au passe sanitaire. Il s’y est résolu d’une phrase, pas davantage, sans la moindre explication supplémentaire, dans les colonnes du Journal du Dimanche. Comme si le président du conseil régional des Hauts-de-France était incapable d’exprimer à haute et intelligible voix quelque accord que ce soit avec le président de la république. Comme s’il se compromettait avec le pouvoir en place s’il saluait une décision sanitaire peut-être décisive dans la lutte contre la Covid19. Reprendre à son compte et sans détour une décision de "l’adversaire", c’est pourtant la marque estampillée d’un homme d’état. Bertrand ne peut pas encore (tout à fait) s’y résoudre.

Objectif de Pécresse : durcir la droite

Pendant ce temps, Valérie Pécresse cogne sur Macron comme une sourde, prenant en partie exemple sur… Margaret Thatcher, ses méthodes, sa brutalité. dans les sondages de premier tour, la cheffe de la région Île-de-France-France a aujourd’hui pour objectif, non pas forcément de se radicaliser à droite, mais au moins de se durcir. Fortement, au risque d’abîmer son image auprès de l’électorat modéré. Elle est persuadée que, pour doubler Bertrand et faire exploser le duel prévu Macron-Le Pen, il lui faut atténuer ses origines chiraquiennes, les gommer en partie, se grimer en néo "Dame de fer". Le président ne peut que se réjouir de ce choix stratégique momentané: Pécresse lui abandonne le centre- droit et gauche confondus- stratifiant ainsi sa base électorale.

Faut-il ensuite remarquer l’arrivée (à très petites foulées) de, si satisfait de lui-même que les observateurs professionnels se frottent déjà les yeux, croyant revoir, trois décennies après, le si boursouflé Edouard Balladur… Ses concurrents ont déjà la certitude que Barnier ne les défiera pas sur le terrain de la modernité. Quant à Macron, il ne redoute pas de se mesurer [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles