Marchés français ouverture 4 h 59 min
  • Dow Jones

    30 775,43
    -253,88 (-0,82 %)
     
  • Nasdaq

    11 028,74
    -149,16 (-1,33 %)
     
  • Nikkei 225

    26 182,02
    -211,02 (-0,80 %)
     
  • EUR/USD

    1,0471
    -0,0012 (-0,12 %)
     
  • HANG SENG

    21 859,79
    -137,10 (-0,62 %)
     
  • BTC-EUR

    19 470,35
    +213,28 (+1,11 %)
     
  • CMC Crypto 200

    436,12
    +4,66 (+1,08 %)
     
  • S&P 500

    3 785,38
    -33,45 (-0,88 %)
     

Macron invente la démocratie apolitique

Julien De Rosa/AFP

EDITO - Emmanuel Macron a un nouveau projet : Le CNR, Conseil national de la refondation dont le président a annoncé le lancement après les législatives des 12 et 19 juin. Une nouvelle instance ou un gadget supplémentaire ?

Etrange. A quelques jours du premier tour des législatives, alors que le parti présidentiel perd du terrain, le chef de l'Etat, loin de mobiliser son camp, enjambe les élections et propose un nouvel organe de délibération. Un Conseil national de la refondation (CNR), constitué des "forces politiques, économiques, sociales, associatives ainsi que des citoyens tirés au sort". Délibérer? C'est justement le rôle du Parlement.

L'eurodéputé LR François-Xavier Bellamy a d'ailleurs ironisé: "Emmanuel Macron est à deux doigts d'avoir inventé l'Assemblée nationale." Cette initiative, qui a été plutôt bien reçue dans les milieux associatifs, a provoqué un tollé dans les partis politiques d'opposition. Le député LFI Alexis Corbière a rappelé que "parmi les propositions de la Convention citoyenne pour le climat, seules 15 sur 149 ont été reprises".

Nouvelle instance intermédiaire

Un gadget le CNR? Depuis sa réélection, Emmanuel Macron n'a pas dit grand-chose de ses intentions, hormis quelques grands objectifs consensuels car il sait la société française hautement inflammable. Et il doit résoudre une question fondamentale: comment continuer à réformer sans bloquer le pays? Il avance donc une nouvelle méthode, pour tenter de calmer la défiance à l'égard des dirigeants politiques. On peut s'étonner que le président, qui a systématiquement écarté les corps intermédiaires durant son premier mandat, veuille constituer une nouvelle instance intermédiaire.

On peut souligner que ce CNR n'a rien à voir avec celui de la résistance, comme le revendique le président dans la mesure où le Conseil national de la résistance créé par le général de Gaulle est né de l'unification des différents mouvements de résistance, mais aussi de partis politiques et de syndicats hostiles à Vichy. C'était une vraie construction politique. Le CNR de Macron procède de Macron et de lui seul.

Cela dit, le président de la République a mis le doigt sur un point essentiel: il faut remettre du débat dans la société, d[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles