Marchés français ouverture 5 h 22 min
  • Dow Jones

    33 876,97
    +586,89 (+1,76 %)
     
  • Nasdaq

    14 141,48
    +111,10 (+0,79 %)
     
  • Nikkei 225

    28 619,50
    +608,57 (+2,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,1908
    -0,0017 (-0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 575,16
    +86,16 (+0,30 %)
     
  • BTC-EUR

    27 280,87
    -2 708,79 (-9,03 %)
     
  • CMC Crypto 200

    779,80
    -70,55 (-8,30 %)
     
  • S&P 500

    4 224,79
    +58,34 (+1,40 %)
     

Macron giflé: une claque qui fait mal au contrat social

·2 min de lecture

EDITO - La violence symbolique et humiliante de la claque portée au chef de l'Etat retentit dans une atmosphère de désordre, d’insécurité, qui finit toujours par faire le jeu d’un parti de l’Ordre qui veut mettre à bas les libertés

Il ne faut pas désespérer de la classe politique, et médiatique! Pas complètement… après la gifle qui a frappé le président de la République ont été heureusement quasi unanimes aussi bien chez les éditorialistes que chez les élus. Peu importe les arrière-pensées politiciennes: la réprobation générale était salutaire, car ce sont l’Etat et la République au-delà d’Emmanuel Macron qui étaient agressés, donc chacun d’entre nous puisqu’il nous représente, puisqu’une fois reçue l’onction du suffrage universel, il est l’élu de tous.

Le frapper, l’humilier, c’est frapper, humilier chacun d’entre nous. Mais on ne saurait pour autant en rester là, car cette atteinte à l’Autorité suprême vient couronner, si on ose écrire, une désacralisation, un délégitimation croissante de ce qui fonde notre Nation: l’acceptation et le respect d’un contrat social. Un contrat toujours plus mis à mal. Piétiné. Giflé.

La violence symbolique et humiliante de la claque retentit d’autant plus fortement qu’elle vient après une foultitude d’agressions, d’injures, de blessures infligées à toutes les figures régaliennes. Souvent provoquées, justifiées par ceux-là même qui, aujourd’hui, s’indignent du coup porté à la fonction présidentielle. D’où un sentiment de désordre, d’insécurité, qui finit toujours par qui veut mettre à bas les libertés. Là est le danger qui nous menace: la rupture de notre lien collectif qui fait le lit d’un sauveur tyranneau.

C’est pour cela qu’on ne saurait minimiser une telle brutalité que chacun, même les opposants à Emmanuel Macron, ont cette fois ressenti. Ni même , comme le fait le chef de l’Etat dont on comprend qu’il veuille montrer n’être en rien ébranlé par ce qu’il présente comme "un incident qui est un fait isolé". Il est vrai que l’auteur de ce méfait -les auteurs en fait puisque le "gifleur" était accompagné d’un complice mettant en image et en réseaux la transgression, ceux-là semblent avoir un côté "abrutis des jeux vidéo". On saura avec l’enquête s’ils sont ég[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles