Marchés français ouverture 5 h 2 min
  • Dow Jones

    35 741,15
    +64,13 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    15 226,71
    +136,51 (+0,90 %)
     
  • Nikkei 225

    29 131,95
    +531,54 (+1,86 %)
     
  • EUR/USD

    1,1608
    -0,0007 (-0,06 %)
     
  • HANG SENG

    26 143,47
    +11,44 (+0,04 %)
     
  • BTC-EUR

    54 096,73
    +491,14 (+0,92 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 507,07
    +1 264,39 (+521,01 %)
     
  • S&P 500

    4 566,48
    +21,58 (+0,47 %)
     

Macron pas encore candidat, ces élus locaux lancent leur comité de soutien sans LREM

·1 min de lecture

POLITIQUE - Ils veulent être “prescripteurs”. À Poissy (78), mercredi 22 septembre, une quinzaine d’élus locaux, dont plusieurs maires des Yvelines, ont lancé des “comités de soutien au président de la République” en vue de sa réélection, alors qu’Emmanuel Macron n’a toujours pas annoncé officiellement sa candidature pour la présidentielle de 2022.

Ces dernières semaines, plusieurs comités de ce type ont essaimé à travers la France, selon la presse régionale, que ce soit dans le Puy-de-Dôme, dans la Nièvre ou en Bretagne.

Comme vous pouvez le voir dans notre vidéo en tête d’article, les initiateurs de ces comités, qui comptent certains proches de l’ex-ministre de l’Économie, à commencer par le maire de Poissy Karl Olive (DVD), assurent que l’idée s’inscrit hors du cadre de La République en marche (LREM).

“Il n’y a pas de lien puisqu’il y a une volonté de dépassement des clivages qui peuvent exister (...) et de s’appuyer sur l’expérience des élus locaux”, explique David Carmier, adjoint au maire de Sartrouville et pourtant directeur de cabinet adjoint au ministère des Outre-mer.

“Dépassement des clivages”, ouverture à la “société civile”... Les slogans de la campagne de 2017 ont d’ailleurs été largement repris lors de cette conférence de presse de lancement.

Selon Le Parisien, environ 200 comités seraient déjà prêts à militer pour Emmanuel Macron un peu partout France, même si les moyens restent encore flous. Les élus promettent simplement des “actions” ces prochaines semaines et invitent quiconque “en phase avec l’action du président de la République”, élus ou non, à les rejoindre. Une manière de renforcer le faible ancrage local du parti de la majorité présidentielle, source de déconvenues électorales lors des municipales et des régionales?

À voir également sur Le HuffPost : À la Fête de l’Huma, ces communistes expliquent pourquoi ils tirent un trait sur Mélenchon

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles