Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 346,15
    +35,38 (+0,48 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 418,51
    +36,04 (+0,82 %)
     
  • Dow Jones

    36 256,12
    +305,23 (+0,85 %)
     
  • EUR/USD

    1,0886
    -0,0007 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    2 084,80
    +27,60 (+1,34 %)
     
  • Bitcoin EUR

    35 644,22
    +977,55 (+2,82 %)
     
  • CMC Crypto 200

    801,34
    +9,78 (+1,24 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,38
    +0,42 (+0,55 %)
     
  • DAX

    16 397,52
    +182,09 (+1,12 %)
     
  • FTSE 100

    7 529,35
    +75,60 (+1,01 %)
     
  • Nasdaq

    14 309,10
    +82,88 (+0,58 %)
     
  • S&P 500

    4 598,61
    +30,81 (+0,67 %)
     
  • Nikkei 225

    33 431,51
    -55,38 (-0,17 %)
     
  • HANG SENG

    16 830,30
    -212,58 (-1,25 %)
     
  • GBP/USD

    1,2696
    +0,0069 (+0,54 %)
     

Macron au Kazakhstan et en Ouzbékistan pour « renforcer les partenariats stratégiques » de la France

Emmanuel Macron, le 27 octobre 2023. Simon Wohlfahrt/Bloomberg via Getty Images
Bloomberg / Bloomberg via Getty Images Emmanuel Macron, le 27 octobre 2023. Simon Wohlfahrt/Bloomberg via Getty Images

INTERNATIONAL - Deux pays stratégiques pour poursuivre les liens économiques. Emmanuel Macron entame ce mercredi 1er novembre une visite au Kazakhstan puis en Ouzbékistan, deux ex-républiques soviétiques d’Asie centrale, région où la France ambitionne de renforcer sa présence sur fond de course à l’influence entre Russes, Chinois et Européens. Les deux pays comptent parmi les principaux fournisseurs d’uranium à la France.

Guerre Israël-Hamas : la stabilité au Liban, enjeu clé pour éviter l’escalade du conflit

Emmanuel Macron doit s’entretenir dans la matinée avec son homologue Kassym-Jomart Tokaïev et signer des contrats dans les secteurs pharmaceutique et aéronautique notamment. Le chef de l’État, qui est accompagné d’une importante délégation économique dont les PDG d’EDF (électricité), Suez (eau) et Orano (uranium), ouvrira aussi avec Tokaïev un forum d’affaires franco-kazakh. Emmanuel Macron rencontrera ensuite des étudiants à l’université, avant de s’envoler pour l’Ouzbékistan voisin où il passera la journée de jeudi.

La France est déterminée à imprimer sa marque politique et économique dans la région. Elle est sur les rangs pour le projet de première centrale nucléaire au Kazakhstan, dont la construction doit être tranchée par référendum d’ici la fin de l’année.

Les métaux critiques, indispensables à la transition énergétique et dont la région est riche, figurent aussi en bonne place dans les discussions avec les deux pays. Le spécialiste de l’uranium Orano, qui exploite déjà une mine au Kazakhstan, veut également accroître sa présence.

Avant Orban et Erdogan

La France est le cinquième investisseur étranger au Kazakhstan, devant la Chine, du fait notamment de l’implantation du groupe pétrolier TotalEnergies, qui exploite conjointement l’important gisement de Kachagan en mer Caspienne.

Les échanges bilatéraux se sont élevés à 5,3 milliards d’euros en 2022, pour l’essentiel dans les hydrocarbures. Le Kazakhstan fournit aussi à la France près de 40 % de son uranium. L’Asie centrale, longtemps un précarré russe, est ardemment courtisée par les grandes puissances à un moment où la Russie est accaparée par son offensive militaire en Ukraine.

Dans ce jeu d’influences, la Chine voisine, forte de son grand projet d’infrastructures des « Nouvelles routes de la soie », a pris une longueur d’avance. Mais l’Europe et la Turquie avancent aussi leurs pions.

Le Premier Ministre hongrois Viktor Orban et le président turc Recep Tayyip Erdogan emboîteront le pas à Emmanuel Macron jeudi et vendredi à Astana. Forts de cet engouement, le Kazakhstan et l’Ouzbékistan misent sur l’ouverture économique et une diplomatie d’équilibre pour s’affirmer, même si Moscou reste un partenaire incontournable.

« Partenariats »

En se rendant dans la région malgré un agenda international chargé, Emmanuel Macron entend « soutenir la souveraineté et la volonté de diversification des partenariats exprimées par les deux pays », relève l’Élysée.

Il ambitionne concrètement de renforcer les liens économiques bilatéraux, la coopération sur les grands enjeux climatiques ainsi que la « diplomatie d’influence » de la France envers la jeunesse. Paris fait valoir à cet égard son intérêt de longue date pour la région où François Mitterrand avait été le premier chef d’État européen à se rendre - au Kazakhstan en 1993 et en Ouzbékistan en 1994 - après l’éclatement de l’Union soviétique. Le président Nicolas Sarkozy s’est aussi rendu au Kazakhstan en 2009, tout comme François Hollande en 2014.

Une photo de ce dernier, affublé d’une toque et d’un manteau de fourrure offerts par son hôte, l’autocrate déchu Noursoultan Nazarbaïev, avait alors beaucoup fait sourire, une mésaventure que son successeur aura certainement à cœur d’éviter.

En Ouzbékistan, pays le plus peuplé d’Asie centrale avec quelque 35 millions d’habitants et longtemps reclus, Emmanuel Macron réparera près de 30 ans d’absence, aucun président français ne s’y étant rendu depuis 1994. Au-delà de leur ouverture économique, les deux républiques demeurent des régimes autoritaires où la répression des manifestations est souvent violente, malgré une volonté affichée de libéralisation politique.

En 2022, des émeutes avaient été réprimées dans le sang, faisant respectivement 238 morts au Kazakhstan et 21 en Ouzbékistan. Si le président ouzbek Chavkat Mirzioïev a certes mis fin en 2016 aux deux décennies d’isolement imposées par son prédécesseur, le redouté Islam Karimov, dont il fut un proche, il ne souffre toujours aucune contestation.

La présidence française préfère de son côté mettre l’accent sur la « dynamique de réformes » dans ce pays et assure que l’État de droit sera aussi évoqué durant la visite à Samarcande, joyau architectural ouzbek.

Emmanuel Macron annonce un projet de loi pour inscrire l’IVG dans la Constitution

Macron inaugure la cité internationale de la francophonie à Villers-Cotterêts, « diamant dans la forêt »