Publicité

Macron annonce la reprise officielle des activités nucléaires de GE par EDF

Le logo de General Electric (GE) à Belfort, le 29 mars 2021 (SEBASTIEN BOZON)
Le logo de General Electric (GE) à Belfort, le 29 mars 2021 (SEBASTIEN BOZON)

Le rachat par EDF des activités nucléaires de General Electric (GE) a enfin été finalisé et sera effectif vendredi, a annoncé le président français Emmanuel Macron.

"Ce 31 mai, EDF reprend officiellement les activités nucléaires de General Electric et notamment les activités de maintenance et de fabrication des turbines Arabelle", a-t-il dit dans un entretien aux quotidiens régionaux du groupe EBRA, alors que le principe de cette opération avait été annoncé en 2022.

"Les accords conclus assurent la pérennité de cette activité qui est une véritable fierté française", assure-t-il.

PUBLICITÉ

EDF et GE avaient annoncé en février 2022 "un accord d'exclusivité" pour discuter du rachat par l'énergéticien français de GE Steam Power, branche nucléaire du conglomérat américain. Le président Emmanuel Macron annonçait alors, depuis Belfort, la relance d'un vaste programme nucléaire français.

Mais l'opération avait tardé à se concrétiser, butant notamment sur des questions géopolitiques.

Interrogé sur la présence du russe Rosatom parmi les clients de cette activité nucléaire et donc sur l'opposition des Etats-Unis, Emmanuel Macron "confirme que tous ces problèmes étaient sur la table et qu'ils ont été réglés".

"Je ne vais pas trahir le secret des affaires entre ces entreprises, mais nous avons sécurisé l'octroi des licences américaines nécessaires à l'opération", précise-t-il.

Les turbines Arabelle, fabriquées par GE, sont un équipement essentiel des centrales nucléaires.

"Cette transaction va nous permettre de reprendre en main la production des turbines, et elle pourra être rentabilisée car nous produirons pour nous-mêmes et pour les autres", fait valoir le président.

En 2015, la branche énergie d'Alstom avait été acquise par GE, au terme d'une longue polémique politico-économique engagée au printemps 2014. Emmanuel Macron était ministre de l'Economie lors de la finalisation de l'opération.

jmi/abb/pta