La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 287,07
    +52,93 (+0,85 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 032,99
    +39,56 (+0,99 %)
     
  • Dow Jones

    34 200,67
    +164,68 (+0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1980
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    1 777,30
    +10,50 (+0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    45 345,15
    -6 169,54 (-11,98 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,97
    +7,26 (+0,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,07
    -0,39 (-0,61 %)
     
  • DAX

    15 459,75
    +204,42 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 019,53
    +36,03 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    14 052,34
    +13,58 (+0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 185,47
    +15,05 (+0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,57 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3840
    +0,0056 (+0,41 %)
     

La Macif veut s’assurer un avenir tous risques

·2 min de lecture

Avec le rachat d’Aviva France, la maison mère du groupe mutualiste va devenir le numéro cinq de l’assurance en France. Objectif : élargir son offre pour mieux amortir ses coûts.

Sous ses airs de jeune homme sage, Adrien Couret cache un caractère de flibustier. Le 23 février dernier, le directeur général d’Aéma a remporté au nez et à la barbe de concurrents majeurs – Axa, Generali et le tandem Allianz-Athora – le rachat d’Aviva France, branche hexagonale de l’assureur britannique Aviva. Cinq semaines plus tôt, il jetait les bases d’un groupe assurantiel renforcé en orchestrant la fusion de la Macif, assureur dommage et particuliers, avec l’assureur santé et prévoyance Aésio, au sein de la nouvelle entité Aéma.

Négociations exclusives

En à peine trois mois, sous la houlette de cet HEC pressé, la maison mère de la Macif est ainsi devenue l’assureur d’un Français sur six, avec un chiffre d’affaires projeté de 16 milliards d’euros. Aéma reste certes loin du colosse Axa (100 milliards de chiffre d’affaires), mais l’opération propulse ce nouvel acteur au cinquième rang français, et premier parmi les mutualistes au coude-à-coude avec Covéa (GMF, Maaf, MMA). « Il ne fallait surtout pas laisser passer une telle opportunité », insiste Adrien Couret, soulagé depuis qu’il est entré en négociations exclusives avec Aviva. Pour ce trentenaire, dont la jeunesse détonne dans un milieu peuplé de cheveux gris, une telle croissance rebat les cartes du paysage : « Cette acquisition nous permet de nous adresser à quelque 12 millions de clients et de leur proposer une protection globale qui répond à tous les besoins de la vie. » En d’autres termes, augmenter leurs dépenses, grâce à un éventail d’offres plus large, pour mieux amortir les coûts.

Changement de culture

Avec Aviva France, Adrien Couret s’offre un trésor, mais change de culture. Pour 3,2 milliards d’euros, il empoche un ensemble d’actifs, dont 75 % des parts de l’UFF (Union financière de France), une banque conseil en gestion de patrimoine cotée à la Bourse de Paris ; des activités d’assurance-vie et d’assurance générale. Plus stratégiquement, celui qui a consciencieusement ciselé la fusion Macif/Aésio [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi