La bourse ferme dans 4 h 12 min
  • CAC 40

    6 742,16
    +66,26 (+0,99 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 124,12
    +7,50 (+0,18 %)
     
  • Dow Jones

    34 838,16
    -97,31 (-0,28 %)
     
  • EUR/USD

    1,1892
    +0,0016 (+0,13 %)
     
  • Gold future

    1 813,00
    -9,20 (-0,50 %)
     
  • BTC-EUR

    32 527,73
    -935,28 (-2,79 %)
     
  • CMC Crypto 200

    939,75
    -21,15 (-2,20 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,58
    +0,32 (+0,45 %)
     
  • DAX

    15 595,72
    +26,99 (+0,17 %)
     
  • FTSE 100

    7 105,46
    +23,74 (+0,34 %)
     
  • Nasdaq

    14 681,07
    +8,39 (+0,06 %)
     
  • S&P 500

    4 387,16
    -8,10 (-0,18 %)
     
  • Nikkei 225

    27 641,83
    -139,19 (-0,50 %)
     
  • HANG SENG

    26 194,82
    -40,98 (-0,16 %)
     
  • GBP/USD

    1,3936
    +0,0053 (+0,38 %)
     

Les Mac sous la menace d’un dangereux virus

·1 min de lecture

Les ordinateurs d’Apple ont la réputation d’être beaucoup plus sûrs que ceux qui fonctionnent avec Windows, mais cela est en partie dû au fait que les développeurs de malware préfèrent viser le système d’exploitation de Microsoft, beaucoup plus utilisé. Toutefois, la firme de sécurité Check Point vient de signaler un dangereux malware qui est désormais compatible avec macOS.

Le malware en question se nomme XLoader, un dérivé de Formbook. Il est capable de voler des identifiants de connexion dans différents navigateurs, prendre des captures d’écran, enregistrer les frappes au clavier et se connecter à des serveurs centraux pour recevoir des commandes, comme télécharger et exécuter des fichiers.

Un malware qui se place dans le dossier de démarrage

Ce malware est accessible à tous et peut être loué sur le darkweb pour seulement 49 dollars par mois pour la version Mac. Selon les chercheurs de Check Point, XLoader a été repéré dans 69 pays, avec une majorité des infections aux États-Unis (53 %), et 3 % en France. Le malware utilise une technique particulière pour créer la confusion grâce à une liste de 90.000 noms de domaine auxquels il envoie des données. Seuls 1.300 d’entre eux sont réellement des serveurs de commande et de contrôle, le reste étant des sites légitimes.

Check Point indique que les utilisateurs de Mac peuvent vérifier la présence du malware en inspectant le contenu de LaunchAgents, le dossier de lancement automatique sur macOS. Il est recommandé de supprimer tout fichier portant un nom suspect, comme une suite aléatoire de chiffres et de lettres.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles