Publicité
La bourse ferme dans 8 h 30 min
  • CAC 40

    7 571,57
    +68,30 (+0,91 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 880,42
    +41,28 (+0,85 %)
     
  • Dow Jones

    38 778,10
    +188,94 (+0,49 %)
     
  • EUR/USD

    1,0737
    +0,0001 (+0,01 %)
     
  • Gold future

    2 334,10
    +5,10 (+0,22 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 973,77
    -600,27 (-0,97 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 363,03
    -26,38 (-1,90 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,15
    -0,18 (-0,22 %)
     
  • DAX

    18 068,21
    +66,19 (+0,37 %)
     
  • FTSE 100

    8 142,15
    -4,71 (-0,06 %)
     
  • Nasdaq

    17 857,02
    +168,14 (+0,95 %)
     
  • S&P 500

    5 473,23
    +41,63 (+0,77 %)
     
  • Nikkei 225

    38 482,11
    +379,67 (+1,00 %)
     
  • HANG SENG

    17 901,11
    -35,01 (-0,20 %)
     
  • GBP/USD

    1,2702
    -0,0003 (-0,02 %)
     

Maïwenn-Edwy Plenel : le journaliste évoque son agression pour la première fois

« Cette agression a causé plus de stupeur qu’autre chose. Elle ne s’est pas attaquée qu’à moi individuellement, mais au symbole que je représente, en tant que fondateur et directeur d’un journal qui, en France, a été à la pointe de toutes les révélations #MeToo », tance Edwy Plenel.  - Credit:JOEL SAGET / AFP
« Cette agression a causé plus de stupeur qu’autre chose. Elle ne s’est pas attaquée qu’à moi individuellement, mais au symbole que je représente, en tant que fondateur et directeur d’un journal qui, en France, a été à la pointe de toutes les révélations #MeToo », tance Edwy Plenel. - Credit:JOEL SAGET / AFP

C'est sa première prise de parole depuis son agression. Edwy Plenel s'est confié au magazine Variety, et n'a pas manqué de revenir sur la soirée du 22 février, où la réalisatrice Maïwenn l'a frappé et lui a craché au visage. Près de trois mois plus tard, le créateur de Médiapart se dit encore « stupéfait » de cette agression. Il voulait des excuses, « une manière honorable de résoudre ce problème ». Ce que l'actrice a refusé. Loin de s'en vouloir, elle s'en est même amusée, sur le plateau de Quotidien.

De ce fait, « nous avons décidé que nous devions intenter une action en justice, par principe, car nous ne pouvons pas permettre à quelqu'un – simplement parce que cette personne est issue d'un milieu privilégié et artistique – d'attaquer le directeur d'une publication en raison de son contenu ». « Nous avons intenté cette action en justice pour faire valoir un point et dire qu'il n'y a pas d'impunité. Elle ne risque pas grand-chose », insiste-t-il.

À LIRE AUSSIEdwy Plenel : « En Russie, je serais aujourd'hui en exil, en prison ou assassiné »

S'attaquer au « symbole »

Et d'essayer de comprendre cette attaque de la part de Maïwenn, avec qui, il l'avait dit lors de sa plainte, « n'a personnellement jamais eu maille à partir ». Il explique à Variety que Mediapart avait publié « ce qu'elle (Maïwenn) a dit à la police dans le cadre de l'enquête sur Besson ». Et de retracer : « Lorsqu'elle s'est entretenue avec la police, elle a évoqué des aspects compliqués de sa rel [...] Lire la suite