Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 094,97
    -7,36 (-0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 035,41
    -2,19 (-0,04 %)
     
  • Dow Jones

    39 069,59
    +4,33 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0850
    +0,0032 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    2 335,20
    -2,00 (-0,09 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 544,75
    +139,00 (+0,22 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 449,82
    -18,28 (-1,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,80
    +0,93 (+1,21 %)
     
  • DAX

    18 693,37
    +2,05 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    8 317,59
    -21,64 (-0,26 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,76 (+1,10 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     
  • Nikkei 225

    38 646,11
    -457,11 (-1,17 %)
     
  • HANG SENG

    18 608,94
    -259,77 (-1,38 %)
     
  • GBP/USD

    1,2738
    +0,0040 (+0,31 %)
     

"Il m’amenait à l’école catholique" : Les confidences de Ramzy Bedia sur l'éducation reçue par son père

TF1

C'est à cœur ouvert que Ramzy Bedia s'est confié dans Sept à huit sur TF1 ce dimanche 21 mai. Invité à l'occasion de la séquence du portrait de la semaine d'Audrey Crespo-Mara, le comédien aujourd'hui âgé de 51 ans est revenu sur son enfance, notamment sur l'éducation qu'a tenu à lui transmettre son père : "Il me disait : « Tais-toi et intègre-toi ». À l’époque c’était ça. Je me souviens, mon père m’amenait à l’école catholique. J’allais à l’école, je faisais mes prières tous les matins, Notre Père, Je vous salue Marie… je les connais par cœur encore. Et le soir quand je rentrais, je voyais mon père dans sa chambre, le front sur le sol en train de prier. Je ne comprenais pas. Je disais : « Papa, pourquoi je ne prie pas comme toi ? » Il me disait : « Chut, tais-toi. On verra plus tard. Là, soit comme les autres, intègre-toi comme les autres »."

À lire également

"Cet ignoble type" : Benjamin Biolay défend sa fille Anna, violemment critiquée après sa montée des marches à Cannes

Le père de Ramzy Bedia a tout fait pour donner la meilleure éducation à ses enfants, au point de faire d'énormes sacrifices, comme le raconte l'acolyte d'Éric Judor : "On est 11 à la maison, il y a un smic. À la retraite, il a continué à travailler en artisan taxi pour pouvoir nous payer l’...

PUBLICITÉ

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi