Marchés français ouverture 1 h 14 min
  • Dow Jones

    34 269,16
    -473,66 (-1,36 %)
     
  • Nasdaq

    13 389,43
    -12,43 (-0,09 %)
     
  • Nikkei 225

    28 194,32
    -414,27 (-1,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,2129
    -0,0024 (-0,19 %)
     
  • HANG SENG

    28 073,07
    +59,26 (+0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    47 335,19
    +1 805,85 (+3,97 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 555,76
    +1 313,08 (+541,08 %)
     
  • S&P 500

    4 152,10
    -36,33 (-0,87 %)
     

"Même si j'avais été testé positif, j'y serais allé" : à Polytechnique, les dilemmes posés par la tenue d'un grand concours en temps de Covid

Alexis Morel
·1 min de lecture

Dernière minute et ultime relecture dans le grand gymnase de Polytechnique : c'est la fin de la longue épreuve de mathématiques. La prestigieuse école d'ingénieurs a ouvert cette semaine le bal des concours d'admission aux grandes écoles, autorisés malgré le troisième confinement imposé à cause de la pandémie de coronavirus Covid-19. Pendant cinq jours, 4 500 candidats planchent dans une trentaine de sites partout en France, dont 650 sur le campus de Palaiseau, dans l'Essonne.

>> DIRECT. Covid-19 : les dates annoncées pour le retour à l'école "seront tenues", assure Gabriel Attal

L'organisation est militaire, culture locale oblige, mais encore plus cette année, à cause du Covid-19 : 1,50 mètre sépare chaque candidat et le port du masque est obligatoire durant toute l'épreuve, contrairement à l'an dernier. Et c'est loin d'être un détail.

"Là, c'était six heures avec le masque, et ça peut fatiguer beaucoup plus ! C'est déjà fatiguant à l'origine comme type d'épreuve."

Mohamed

à franceinfo

Mais, comme ses camarades, Mohamed ne moufte pas : l'enjeu est trop important. D'ailleurs, lui-même a pris toutes les précautions sanitaires en amont. "Depuis 15 jours, nous sommes auto-confinés à trois personnes, enfermées dans une maison et on avait seulement un parent qui était déjà vacciné, qui ne sortait pas. On n'avait aucun échange avec l'extérieur", explique le jeune homme. "De manière générale, complète Océane, avant les écrits on a deux semaines de révision. Pendant ces deux (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi