La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 049,72
    -150,95 (-0,44 %)
     
  • Nasdaq

    13 886,14
    -166,20 (-1,18 %)
     
  • Nikkei 225

    29 685,37
    +2,00 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,2035
    +0,0055 (+0,46 %)
     
  • HANG SENG

    29 106,15
    +136,44 (+0,47 %)
     
  • BTC-EUR

    45 848,86
    -423,72 (-0,92 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 245,38
    -53,58 (-4,12 %)
     
  • S&P 500

    4 160,40
    -25,07 (-0,60 %)
     

La Métropole de Lyon va expérimenter une déclinaison du RSA Jeune

·2 min de lecture

REPORTAGE - Les écologistes lyonnais ont débloqué une enveloppe de 10 millions d’euros pour financer un Revenu de solidarité jeune expérimental. Objectif: résorber les trous dans la raquette de l’aide sociale, et préparer le terrain des élections de 2022.

L’espace d’un instant, la langue du président de la Métropole de Lyon semble fourcher entre RSA et RSJ. La scène se déroule le 11 mars à la Maison Lyon pour l’Emploi, à un jet de pierre de l’Hôtel de la Métropole. est venu y prendre le pouls des jeunes en recherche d’emploi et dévoiler son projet de Revenu de solidarité jeune (RSJ), déclinaison locale du . La visite des installations se fait au pas de charge. "Quelles évolutions vous voyez depuis un an?" interroge l’élu EELV. "Les jeunes sont motivés à trouver un emploi, mais certains n’ont pas travaillé depuis longtemps, et les embauches sont difficiles", répondent les fonctionnaires. Un rapide tour des locaux et un bref échange avec les jeunes en recherche d’emploi plus tard, Bruno Bernard est prêt à présenter le plan de chantier de son revenu solidaire.

D’abord, il y a un constat. "22.6% des moins de 30 ans de la métropole vivent sous le seuil de pauvreté", chiffre Séverine Hémain, vice-présidente à la Métropole en charge de l’insertion et de l’emploi, se basant sur une étude de l’agence d’urbanisme de Lyon réalisée à l’été 2020. Une statistique amplifiée par la crise sanitaire et sociale que traverse le pays. La caisse d’allocation familiale du Rhône compte 15.300 jeunes entre 18 et 24 ans, hors étudiants, allocataires à bas revenus.

Une allocation mensuelle de 300 à 400 euros

Pour venir en aide à ces jeunes précaires, les écologistes à la manœuvre du Grand-Lyon vont déployer un dispositif en trois volets: une allocation, un accompagnement, et une action spécifique pour lever les freins à la réinsertion. Pour y accéder, les candidats doivent être âgés de 18 à 24 ans, résider dans la Métropole depuis six mois minimum, ne rentrer dans aucun dispositif déjà existant (RSA, allocation aux adultes handicapés, garantie jeune, etc.), gagner moins de 400 euros par mois, ne pas bénéficier d’un soutien financier des parents ou d’un tiers, et être sortie du système éducatif. Les postulants recevront une allocation de 400 e[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi