La bourse ferme dans 6 h 11 min
  • CAC 40

    6 131,81
    +84,50 (+1,40 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 575,83
    +36,95 (+1,04 %)
     
  • Dow Jones

    31 438,26
    -62,42 (-0,20 %)
     
  • EUR/USD

    1,0590
    +0,0003 (+0,03 %)
     
  • Gold future

    1 827,50
    +2,70 (+0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    19 976,79
    -435,03 (-2,13 %)
     
  • CMC Crypto 200

    461,74
    -0,06 (-0,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    111,25
    +1,68 (+1,53 %)
     
  • DAX

    13 308,08
    +122,01 (+0,93 %)
     
  • FTSE 100

    7 335,38
    +77,06 (+1,06 %)
     
  • Nasdaq

    11 524,55
    -83,07 (-0,72 %)
     
  • S&P 500

    3 900,11
    -11,63 (-0,30 %)
     
  • Nikkei 225

    27 049,47
    +178,20 (+0,66 %)
     
  • HANG SENG

    22 418,97
    +189,45 (+0,85 %)
     
  • GBP/USD

    1,2275
    +0,0005 (+0,04 %)
     

Le métro plus pollué que la rue : l'Anses met la pression sur sept villes françaises

Le métro bien trop pollué ? C'est ce que dévoile l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) qui recommande de renforcer les actions pour améliorer la qualité de l'air dans les réseaux de métro - renouvellement des matériels, meilleure ventilation - et mieux la mesurer. Selon elle, la qualité de l'air est en moyenne trois fois plus chargée en particules fines qu'en surface et bien supérieure aux seuils fixés par l'OMS. L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) avait été chargée en 2019 par les pouvoirs publics d'une étude sur la faisabilité d'élaborer des "valeurs guides de l'air intérieur (VGAI)" dans les "enceintes ferroviaires souterraines". Sept agglomérations en France ont des métros souterrains : Lille, Lyon, Marseille, Paris, Rennes, Rouen et Toulouse.

Le taux de particules dans l'air y est "en moyenne trois fois plus élevé que dans l'air extérieur urbain" constate l'Anses, en raison surtout du frottement avec les voies, notamment au freinage. Les poussières sont en outre remises régulièrement en suspension au passage des rames. Mais après avoir passé en revue les données disponibles, l'Anses estime ne pas pouvoir définir de telles "VGAI", basées uniquement sur des critères sanitaires, fautes d'études en nombre suffisant. Elle propose donc à la place des "indicateurs" de qualité de l'air, déterminés notamment en fonction des durées respectives des trajets sur les différents réseaux et qui "intègrent les expositions sur une journée dans différents environnements (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Heures supplémentaires, soignants retraités... De nouvelles mesures pour faire face à la crise des urgences cet été
Selon la Russie, Washington laissera tomber l'Ukraine
Dans ce département, la CAF a trouvé la solution pour traiter les dossiers en retard
Pourquoi des milliers d'élèves pourraient être privés de cars scolaires à la rentrée
Netflix : une boutique éphémère dédiée à la série Stranger Things va ouvrir à Paris

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles