La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 782,65
    -48,00 (-0,82 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 669,54
    -35,31 (-0,95 %)
     
  • Dow Jones

    31 106,82
    +182,68 (+0,59 %)
     
  • EUR/USD

    1,1915
    -0,0064 (-0,54 %)
     
  • Gold future

    1 698,20
    -2,50 (-0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    40 274,06
    -1 841,72 (-4,37 %)
     
  • CMC Crypto 200

    959,85
    +16,67 (+1,77 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,84
    +2,01 (+3,15 %)
     
  • DAX

    13 920,69
    -135,65 (-0,97 %)
     
  • FTSE 100

    6 630,52
    -20,36 (-0,31 %)
     
  • Nasdaq

    12 691,18
    -32,29 (-0,25 %)
     
  • S&P 500

    3 785,08
    +16,61 (+0,44 %)
     
  • Nikkei 225

    28 864,32
    -65,79 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    29 098,29
    -138,50 (-0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3814
    -0,0080 (-0,58 %)
     

Métis originaire de Mayotte, Frédéric a découvert qu’il avait un ancêtre chinois

·1 min de lecture

Grâce à un test ADN passé en octobre 2019, Frédéric a découvert qu’il avait des origines chinoises. Étant métis originaire de Mayotte, Frédéric raconte que cette découverte inattendue l’a poussé à en savoir davantage sur ses origines. Après des mois de recherches, il a récemment trouvé l’identité de son ancêtre arrivé de Chine à la fin du XIXe siècle et mort à Mayotte en 1917. Sur "La Libre antenne" d’Europe 1, Frédéric détaille son parcours de recherches et raconte que la découverte de son arrière-arrière-grand-père chinois l’a beaucoup ému.

>> Écoutez le témoignage de Frédéric en intégralité ici

" J’ai passé un test ADN sur la plateforme MyHeritage. En tant que métis franco-africain, cela m’intéressait de connaître mes diverses origines pour expliquer mon apparence. En octobre 2019, j'ai découvert que j’avais du sang chinois, 3,3% de gène extrême oriental. À l'époque, je ne savais pas si mon ancêtre était originaire du Vietnam ou de la Chine. Je manquais d'informations et je m’étais lancé dans une quête éperdue de mes origines. Ces derniers jours, j'ai enfin identifié ce vénérable trisaïeul. 

" Je me suis mis à pleurer parce que je l’avais enfin retrouvé "

Je parcourais, comme à mon habitude, les archives numérisées de l’ANOM, les Archives nationales d'outre-mer, qui sont difficiles à consulter. Tout est écrit avec la calligraphie de la Belle Époque, et on ne peut pas faire de recherches avec un mot clé comme sur les moteurs de recherche habituels. Il faut éplucher le...


Lire la suite sur Europe1