Marchés français ouverture 7 h 1 min
  • Dow Jones

    33 587,66
    -681,50 (-1,99 %)
     
  • Nasdaq

    13 031,68
    -357,75 (-2,67 %)
     
  • Nikkei 225

    28 147,51
    -461,08 (-1,61 %)
     
  • EUR/USD

    1,2085
    +0,0009 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    28 231,04
    +217,23 (+0,78 %)
     
  • BTC-EUR

    40 695,12
    -6 591,34 (-13,94 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 475,23
    -88,60 (-5,67 %)
     
  • S&P 500

    4 063,04
    -89,06 (-2,14 %)
     

Les Métallos rejettent une offre patronale dérisoire et réclament l'équité chez Rexplas

·2 min de lecture

Après avoir travaillé sans relâche durant la pandémie, les travailleurs de la société d'emballage de bouteilles Rexplas à Toronto ont rejeté l'offre finale de l’employeur, qui proposait un gel salarial, le 23 avril dernier.

«Ces travailleurs en ont plus qu'assez d'être traités comme des moins que rien par cette entreprise. Ensemble, ils ont fait front pour dire un 'Non' catégorique à l'offre patronale», déclare Carolyn Egan, présidente de la section locale 8300 du Syndicat des Métallos, qui représente les travailleurs de Rexplas.

En dernier recours, les 35 travailleurs ont entamé leur grève légale le lundi 26 avril.

Les travailleurs, dont la vaste majorité sont des femmes racialisées, occupent des poste de contrôle de la qualité, d'emballage et d'expédition, et comptent entre 5 et 35 ans d’ancienneté au sein de l'entreprise.

Richard’s Packaging, société mère de Rexplas, continue de verser des dividendes mensuels aux actionnaires. La société est rentable et son bénéfice net a augmenté de 28 millions de dollars depuis 2018. Dans son rapport annuel, la société note avoir tiré parti de la pandémie, et déclare une hausse de 21% de ses revenus, découlant directement des activités associées à la COVID-19.

L'offre finale de Rexplas a propose un gel salarial rétroactif au 1er octobre 2019, suivie par 1% rétroactif au 1er octobre 2020, et 1% pour chacune des deux années suivantes.

«Comment j'appelle ça? Une insulte! », déclare Marty Warren, directeur du Syndicat des Métallos pour l'Ontario. «Il n'est pas étonnant que les travailleurs ont rejeté ce contrat, qui ne reconnaît non seulement pas le travail fourni durant toute la pandémie, mais qui est en plus loin de couvrir la hausse du coût de la vie. »

«Ces travailleurs se sont montrés exemplaires durant toute la pandémie. À la différence d'autres travailleurs pendant cette période, ils n'ont reçu aucune prime liée à la pandémie. Ils méritent mieux qu'une offre à 0%», poursuit Marty Warren.

«J'adresse le message suivant à Rexplas: retournez à la table des négociations et traitez vos travailleuses et travailleurs avec la dignité et le respect qu'ils méritent. Un contrat équitable doit être présenté à ces fidèles employés», conclut-il.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Consultez la version source sur businesswire.com : https://www.businesswire.com/news/home/20210428006228/fr/

Contacts

Marty Warren, directeur du Syndicat des Métallos pour l'Ontario, 416 243-8792
Thomas De Sousa, représentant syndical, 416 977-7274 ext. 234, tdesousa@usw.ca
Shannon Devine, communications du Syndicat des Métallos, 416 894-7118, sdevine@usw.ca