La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 073,35
    +190,02 (+3,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 533,17
    +96,88 (+2,82 %)
     
  • Dow Jones

    31 500,68
    +823,32 (+2,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0559
    +0,0034 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 828,10
    -1,70 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    20 283,14
    -156,30 (-0,76 %)
     
  • CMC Crypto 200

    462,12
    +8,22 (+1,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,06
    +2,79 (+2,68 %)
     
  • DAX

    13 118,13
    +205,54 (+1,59 %)
     
  • FTSE 100

    7 208,81
    +188,36 (+2,68 %)
     
  • Nasdaq

    11 607,62
    +375,43 (+3,34 %)
     
  • S&P 500

    3 911,74
    +116,01 (+3,06 %)
     
  • Nikkei 225

    26 491,97
    +320,72 (+1,23 %)
     
  • HANG SENG

    21 719,06
    +445,19 (+2,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,2270
    +0,0009 (+0,07 %)
     

Les Métallos dénoncent les représailles de Starbucks contre les travailleurs syndiqués

VICTORIA, Colombie-Britannique, May 31, 2022--(BUSINESS WIRE)--Les travailleurs du café Starbucks de Douglas Street à Victoria sont furieux que Starbucks Canada refuse d'accorder des hausses salariales au personnel syndiqué du service-au-volant de l'entreprise. Les travailleurs sont membres du Syndicat des Métallos.

Le 3 mai 2022, Starbucks Canada a annoncé des investissements pour ses « partenaires » (employés), notamment des hausses salariales, des avantages sociaux et de la formation. Dans le communiqué envoyé à tous les partenaires, Lori Digulla, vice-présidente principale et directrice générale de Starbucks, a déclaré que tous les partenaires de vente au détail de chaque province verraient leur rémunération augmenter dès cet été. Ce communiqué a été rapidement suivi d'un courriel envoyé aux partenaires de Douglas Street les informant qu'ils ne recevraient pas lesdits investissements des partenaires car il s'agissait d'un magasin syndiqué.

Dans une lettre adressée à Lori Digulla, les travailleuses et travailleurs ont exprimé leur déception face au refus de Starbucks d'inclure les partenaires du magasin syndiqué et ont appelé le géant du café à prendre la bonne décision en leur accordant les hausses salariales.

« Nous sommes très heureux de constater que Starbucks prend des mesures pour remédier à l'incapacité de beaucoup de gens à s'offrir une vie plus aisée. Nous sommes d'avis que notre travail mérite plus et que des salaires plus élevés nous aideront à vivre dignement et à offrir de meilleurs moments à la clientèle », ont déclaré les partenaires du magasin de Douglas Street.

« Starbucks nous a assuré qu'il respecterait notre choix de nous syndiquer. Nous estimons que le fait de ne pas avoir convenu avec le syndicat un élargissement de la hausse salariale à notre magasin ne respecte pas notre choix. Nous entendons et convenons que notre convention collective doit être respectée. C'est pourquoi il existe une clause permettant des ententes bilatérales pour des choses telles que des hausses salariales à notre magasin », ont ajouté les partenaires.

Starbucks a dit ouvertement que les syndicats n'étaient pas nécessaires et s'est activement engagé dans des pratiques antisyndicales pour décourager ses partenaires de se syndiquer. Au cours des deux dernières années, les travailleurs de plus de 50 magasins Starbucks en Amérique du Nord ont voté pour se syndiquer, et des centaines d'autres votes sont actuellement en cours.

« Force est de constater que les actions de Starbucks ne sont pas autre chose que des représailles contre ses travailleurs pour avoir adhéré à un syndicat. Chaque travailleur a le droit de se syndiquer sans craindre des représailles ou du harcèlement de la part de son employeur », a fait valoir Scott Lunny, directeur des Métallos pour l'Ouest canadien.

« Il n'y a aucune raison pour que ces investissements ne soient pas élargis à nos membres du magasin de Douglas Street à Victoria. Nous avons un droit de parole dans la convention collective, négocié par les deux parties, qui permet des changements jugés nécessaires par accord mutuel de l'employeur et du syndicat, à tout moment, pendant la durée de la convention ».

Le Syndicat des Métallos a demandé à Starbucks Canada de s'entendre conjointement en vue d'élargir les investissements des partenaires aux travailleurs de Douglas Street, mais la demande a été rejetée.

« Nous demandons à Starbucks de prendre la bonne décision et d'élargir les investissements des partenaires et les hausses salariales au magasin syndiqué. Notre syndicat est prêt à rencontrer la direction de Starbucks pour que cette question soit réglée de façon juste et équitable. Nous savons que nos membres travaillent aussi fort et contribuent autant que n'importe quel autre partenaire dans n'importe quel autre magasin au Canada et ils devraient être traités avec le respect qu'ils méritent », a ajouté Scott Lunny.

Le Syndicat des Métallos représente 225 000 membres dans presque tous les secteurs de l’économie canadienne et constituent le plus grand syndicat du secteur privé en Amérique du Nord, comptant 850 000 membres au Canada, aux États-Unis et dans les Caraïbes.

Chaque année, des milliers de travailleurs choisissent d'adhérer au Syndicat des Métallos en raison de notre solide expérience à créer ddes lieux de travail plus sains, plus séciritaires et plus respectueux, et à négocer de meilleures conditions de travail et une rémunération plus équitable, notamment de bons salaires, de bons avantages sociaux et de bonnes pensions.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Consultez la version source sur businesswire.com : https://www.businesswire.com/news/home/20220530005374/fr/

Contacts

Scott Lunny, directeur du Syndicat des Métallos pour l'Ouest canadien, slunny@usw.ca, 604 329-5308
Brett Barden, service des communications du Syndicat des Métallos, bbarden@usw.ca, 604 445-6956

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles