La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 285,24
    +12,53 (+0,20 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 657,03
    +16,48 (+0,45 %)
     
  • Dow Jones

    31 261,90
    +8,77 (+0,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,0562
    -0,0026 (-0,24 %)
     
  • Gold future

    1 845,10
    +3,90 (+0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    28 277,72
    +115,11 (+0,41 %)
     
  • CMC Crypto 200

    650,34
    -23,03 (-3,42 %)
     
  • Pétrole WTI

    110,35
    +0,46 (+0,42 %)
     
  • DAX

    13 981,91
    +99,61 (+0,72 %)
     
  • FTSE 100

    7 389,98
    +87,24 (+1,19 %)
     
  • Nasdaq

    11 354,62
    -33,88 (-0,30 %)
     
  • S&P 500

    3 901,36
    +0,57 (+0,01 %)
     
  • Nikkei 225

    26 739,03
    +336,19 (+1,27 %)
     
  • HANG SENG

    20 717,24
    +596,56 (+2,96 %)
     
  • GBP/USD

    1,2495
    +0,0020 (+0,16 %)
     

Les Métallos commémorent la catastrophe de Westray 30 ans plus tard, et exigent l’application de la loi

TORONTO & PICTOU COUNTY, Nouvelle-Écosse, May 09, 2022--(BUSINESS WIRE)--Au petit matin du 9 mai 1992, une explosion a ravagé la mine de charbon Westray à Plymouth, en Nouvelle-Écosse. L’explosion a entraîné la mort de 26 mineurs et a changé à jamais la vie des habitants de Plymouth et de nombreuses collectivités environnantes.

Il y a 30 ans aujourd’hui que la catastrophe dévastatrice s’est produite et a coûté la vie à toute une équipe de travailleurs. Onze corps de ces mineurs n’ont jamais été retrouvés et sont restés ensevelis sous les décombres de la mine, maintenant recouverte d’un parc commémoratif où se dresse pour toujours un monument en leur honneur.

Des dirigeants et des membres du Syndicat des Métallos sont dans le comté de Pictou (N.-É.) afin de souligner le 30e anniversaire de cette catastrophe, et ils se joindront aux familles et à la collectivité pour se souvenir des mineurs qui ont trouvé la mort.

«Aujourd’hui, à l’occasion du 30e anniversaire de la catastrophe de Westray, les Métallos sont dans le comté de Pictou pour promettre de poursuivre notre lutte pour la justice pour les 26 mineurs et leurs familles. Notre syndicat s’engage à nouveau à exiger des lieux de travail plus sécuritaires jusqu'à ce qu'aucun travailleur, aucune famille, ni aucune collectivité n’ait plus à vivre une telle tragédie. Nous ne nous arrêterons pas tant qu’il n’y aura plus de Westray et plus de décès au travail», a déclaré Marty Warren, directeur national pour le Canada du Syndicat des Métallos.

«En 1992, notre syndicat s’est engagé envers les familles à ne jamais ménager ses efforts pour tenir les employeurs responsables. Je suis fier du travail que fait notre syndicat pour mettre en lumière cette terrible catastrophe. Alors que nous nous retrouvons à nouveau pour nous rendre jusqu’au monument commémoratif de Westray, nous prendrons un moment pour réfléchir et commémorer ceux que nous avons perdus. Nous n’oublierons jamais ces travailleurs, car le monument nous rappelle que leur lumière brillera toujours», a fait valoir Ken Neumann, ancien directeur national pour le Canada des Métallos.

Notre syndicat n’a jamais cessé de se battre et d'exiger que justice soit rendue aux familles de Westray et aux milliers de familles à travers le Canada dont les proches ont trouvé la mort au travail. En 2004, une campagne de longue date menée par les Métallos a abouti à l'adoption par le gouvernement fédéral du projet de loi Westray, qui modifiait le Code criminel du Canada afin de tenir les entreprises criminellement responsables de causer des décès et blessures au travail qui peuvent être évités.

«Au Canada, nous continuons d’enregistrer chaque année environ 1 000 décès dans les lieux de travail, ainsi que des milliers de décès dus à des maladies professionnelles non reconnues et des centaines de milliers de blessures graves qui changent à jamais la vie des travailleurs. L’application appropriée de la loi Westray contribuerait grandement à montrer aux employeurs que le maintien du statu quo pourrait signifier une peine d’emprisonnement pour un PDG», a déclaré Myles Sullivan, directeur du District 6 des Métallos (Ontario et Canada atlantique).

Aujourd’hui, la lutte se poursuit alors que le syndicat se bat pour que cette loi soit mieux appliquée dans tout le pays. Trop d’employeurs continuent de recourir à des pratiques et de faire preuve de négligence, entraînant ainsi la mort de travailleurs.

«Bien que des progrès aient été réalisés, les gouvernements du Québec et de partout au pays doivent reconnaître qu’ils ont la responsabilité d’assurer la sécurité des travailleurs et de prévenir les décès et les blessures au travail. Nous continuons de revendiquer des mécanismes de prévention solides pour l’ensemble des milieux de travail et nous nous mobiliserons pour y arriver. Québec doit établir ses nouveaux règlements sur la santé et la sécurité du travail… Il faut élever le niveau de prévention, pas niveler vers le bas», a fait valoir directeur du District 5 des Métallos (Québec), Dominic Lemieux.

«Notre syndicat continue de se battre pour veiller à ce que les employeurs soient tenus criminellement responsables, car les familles des travailleurs décédés au travail s’attendent à ce qu’on leur rende justice. Les gouvernements doivent offrir une formation continue au corps policier et aux procureurs de la Couronne pour s’assurer que les décès au travail font l’objet d’enquêtes criminelles et de poursuites en vertu de la loi Westray. La vie des travailleurs ne peut pas être sacrifiée et ne doit tout simplement pas constituer le prix à payer pour faire des affaires. Par conséquent, si vous causez la mort d’un travailleur, vous allez en prison», a ajouté Scott Lunny, directeur du District 3 des Métallos (Ouest canadien et territoires).

La campagne nationale du Syndicat des Métallos, Mettons fin au carnage, Appliquons la loi, cible tous les paliers de gouvernement, corps policiers, procureurs généraux et procureurs de la Couronne. Les objectifs de la campagne comprennent une formation accrue pour les corps policiers et les procureurs qui utilisent la loi Westray, et la nomination d’agents de police et de procureurs désignés spécialement pour enquêter sur les décès en milieu de travail en cas de négligence grave et pour entamer des poursuites.

Le Syndicat des Métallos représente 225 000 membres dans presque tous les secteurs économiques du Canada et est le plus important syndicat du secteur privé en Amérique du Nord, comptant 850 000 membres au Canada, aux États-Unis et dans les Caraïbes.

Chaque année, des milliers de travailleurs choisissent d’adhérer au Syndicat des Métallos en raison de notre solide expérience à créer des milieux de travail plus sains, plus sécuritaires et plus respectueux, et à négocier de meilleures conditions de travail et une rémunération plus équitable, y compris de bons salaires, de bons avantages sociaux et de bonnes pensions.

Consultez la version source sur businesswire.com : https://www.businesswire.com/news/home/20220509005149/fr/

Contacts

Marty Warren, directeur national pour le Canada, Syndicat des Métallos, 416 544-5951*
Brett Barden, Communications, Syndicat des Métallos, bbarden@usw.ca, 604 445-6956*

*Sur place dans le comté de Pictou, les 9 et 10 mai 2022.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles