Publicité
Marchés français ouverture 4 h 7 min
  • Dow Jones

    39 069,59
    +4,29 (+0,01 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,79 (+1,10 %)
     
  • Nikkei 225

    38 758,96
    +112,85 (+0,29 %)
     
  • EUR/USD

    1,0853
    +0,0004 (+0,03 %)
     
  • HANG SENG

    18 563,31
    -45,63 (-0,25 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 678,23
    +165,02 (+0,26 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 500,46
    +32,36 (+2,20 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     

"Je le méprise": Nicolas Sarkozy attaque François Hollande et s'en prend à son physique

Dans un entretien au Parisien, l'ancien chef de l'État s'en est pris verbalement à son successeur. Une véritable déclaration de désamour.

"Je le méprise": Nicolas Sarkozy attaque François Hollande et s'en prend à son physique

Au sein du cercle des anciens présidents de la Ve République, quelques inimitiés traînent. C'est le cas de Nicolas Sarkozy qui a confié au Parisien tout le désamour qu'il porte à son successeur François Hollande, contre qui il a perdu au second tour de la présidentielle de 2012.

Au milieu d'un échange sur la politique d'Emmanuel Macron et celle des Républicains, Nicolas Sarkozy a adressé deux tacles hors de contexte à son successeur.

"Ce n'est pas que je le hais, mais je le méprise", a-t-il lancé au quotidien francilien.

Ce n'est pas la seule "attention" qu'a eu l'ancien président pour le socialiste. Nicolas Sarkozy a également critiqué le physique de François Hollande, et notamment son embonpoint. De son propre aveu, il n'aurait cessé de souligner le poids de son ancien adversaire à chaque fois qu'ils se croisent. "T'as pas pris un kilo?", lui demanderait-il régulièrement.

PUBLICITÉ

Au bout d'un certain nombre d'itérations, François Hollande aurait répondu, "pourquoi tu dis ça?". "Parce que c'est vrai!", lui aurait-il répondu.

Un historique de tensions

Le désamour ambiant entre les deux anciens finaliste n'est pas né en 2023. Dès la passation de pouvoir entre les deux chefs de l'État, leurs relations s'étaient tendues. Nicolas Sarkozy n'avait pas apprécié que le nouveau locataire de l'Élysée, contrairement au protocole, n'ait pas raccompagné son prédécesseur à la sortie du palais après leur poignée de main symbolique.

"La courtoisie républicaine fait partie des valeurs qui sont importantes. J’ai raccompagné un président de la République dans la cour de l’Élysée, Jacques Chirac. Être courtois, c’est une marque de civilisation", avait-il décrié sur Europe 1 en 2016.

La relation tendue est cependant vraie dans les deux sens. François Hollande n'hésite pas à entrer dans l'arène pour critiquer les positions, les propos ou la personne qu'est Nicolas Sarkozy. Très récemment, il a par exemple décrié les "erreurs" de son camarade sur la guerre en Ukraine.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Nicolas Sarkozy: "Si j'ai été battu, c'est parce que madame Le Pen et monsieur Hollande se sont bien trouvés"