La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 285,24
    +12,53 (+0,20 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 657,03
    +16,48 (+0,45 %)
     
  • Dow Jones

    31 261,90
    +8,77 (+0,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,0562
    -0,0026 (-0,24 %)
     
  • Gold future

    1 845,10
    +3,90 (+0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    27 857,29
    +281,93 (+1,02 %)
     
  • CMC Crypto 200

    650,34
    -23,03 (-3,42 %)
     
  • Pétrole WTI

    110,35
    +0,46 (+0,42 %)
     
  • DAX

    13 981,91
    +99,61 (+0,72 %)
     
  • FTSE 100

    7 389,98
    +87,24 (+1,19 %)
     
  • Nasdaq

    11 354,62
    -33,88 (-0,30 %)
     
  • S&P 500

    3 901,36
    +0,57 (+0,01 %)
     
  • Nikkei 225

    26 739,03
    +336,19 (+1,27 %)
     
  • HANG SENG

    20 717,24
    +596,56 (+2,96 %)
     
  • GBP/USD

    1,2495
    +0,0020 (+0,16 %)
     

Mélenchon tente l'union de la gauche en vue des législatives

En position de force, La France insoumise veut régner en maître sur une grande alliance à gauche pour peser dans l'Hémicycle. PS, PCF et EELV font leurs calculs politiques. Et financiers.

Objectif Matignon. , a lancé, le 19 avril, , le leader de La France insoumise, qui veut transformer les élections législatives en troisième tour de la présidentielle. Exit la défaite du 10 avril dernier où la "tortue sagace", son surnom, ne s'est pas qualifiée pour le duel final à 600.000 voix près. Place au combat sur le terrain pour conquérir le maximum de circonscriptions et ainsi améliorer le score de 2017 (LFI avait obtenu 17 sièges au Palais-Bourbon). Mais, cette fois, pas question de faire cavalier seul: LFI veut régner en maître sur une grande alliance à gauche en vue des législatives. "Il y a une volonté d'élargissement qui est aussi en lien avec notre position de force, assume le député de Seine-Saint-Denis Eric Coquerel. Plus encore qu'en 2017, on peut dire que c'est autour de L'Union populaire que doit s'organiser la suite."

Points d'achoppement

Tout le monde est donc le bienvenu, à condition d'accepter un programme commun, dicté par le chef Mélenchon (retraite à 60 ans, , blocage des prix des produits de première nécessité…). Plus facile à dire qu'à faire car les idées des différentes formations de gauche parfois divergent. La fin du , par exemple, rassemble EELV, PS, NPA et LFI, qui se dit toutefois prêt à soumettre le sujet à référendum, mais le PCF s'y oppose fermement. Autre point d'achoppement: les Insoumis estiment avoir été caricaturés et exigent des excuses publiques des autres partis de gauche… La sainte alliance s'apparente déjà à un chemin de croix. "LFI n'a pas la culture de l'union de la gauche, à la différence du PCF, des Verts et du PS", analyse le politologue Pierre Mathiot. Sans doute mû par le sentiment de culpabilité d'avoir manqué à Jean-Luc Mélenchon au premier tour, le PCF a immédiatement joué la carte de la négociation. "En respectant le rapport de force issu des urnes présidentielles, mais, prévient Pierre Lacaze, le négociateur communiste, dans le respect de chacun." Pas question que la tentation hégémonique de LFI vire à l'hu[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles