La bourse ferme dans 4 h 2 min
  • CAC 40

    5 987,86
    +193,71 (+3,34 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 454,12
    +111,95 (+3,35 %)
     
  • Dow Jones

    29 490,89
    +765,38 (+2,66 %)
     
  • EUR/USD

    0,9889
    +0,0062 (+0,63 %)
     
  • Gold future

    1 711,40
    +9,40 (+0,55 %)
     
  • BTC-EUR

    20 163,02
    +592,34 (+3,03 %)
     
  • CMC Crypto 200

    453,10
    +17,74 (+4,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    84,10
    +0,47 (+0,56 %)
     
  • DAX

    12 570,17
    +360,69 (+2,95 %)
     
  • FTSE 100

    7 037,64
    +128,88 (+1,87 %)
     
  • Nasdaq

    10 815,43
    +239,82 (+2,27 %)
     
  • S&P 500

    3 678,43
    +92,81 (+2,59 %)
     
  • Nikkei 225

    26 992,21
    +776,42 (+2,96 %)
     
  • HANG SENG

    17 079,51
    -143,32 (-0,83 %)
     
  • GBP/USD

    1,1329
    +0,0009 (+0,08 %)
     

Le mégalodon pouvait ingérer en 5 bouchées des proies de 8 mètres

Espèce totalement éteinte de nos jours, le mégalodon était un superprédateur il y a plusieurs millions d’années. Une modélisation 3D nous en révèle plus sur son anatomie… encore plus titanesque qu’on ne l’imaginait.

Le nom du mégalodon laisse peu de place au doute : il est ainsi nommé car il était gigantesque (une seule dent équivaut à une main humaine adulte). L’espèce est aujourd’hui complètement éteinte, mais ce requin lamniforme était présent dans les océans de notre planète il y a 23 millions d’années, avant de s’éteindre il y a 3 millions d’années. Redoutable prédateur, le mégalodon (ou Otodus megalodon) a pu être caractérisé par les paléontologues grâce à des restes fossiles, mais les traces laissées par cet animal restent très rares : ce sont surtout des dents.

C’est là qu’interviennent les modélisations numériques. Une équipe menée par le paléontologue Jack Cooper a publié, ce 17 août, dans Science Advances, un modèle 3D du mégalodon à partir de fossiles en excellent état. De quoi approfondir son anatomie, plus impressionnante encore que prévu.

Il consommait des proies elles-mêmes énormes

Grâce à ce modèle 3D de l’animal, il est possible d’estimer plus précisément son comportement, lequel dépend forcément de l’anatomie. « Nous estimons qu’un O. megalodon adulte pouvait naviguer à des vitesses absolues plus rapides que n’importe quelle espèce de requin actuelle », constatent les chercheurs dans l’étude. La vitesse en question est de 5 km/h,

[Lire la suite]