Marchés français ouverture 8 h 53 min
  • Dow Jones

    29 225,61
    -458,13 (-1,54 %)
     
  • Nasdaq

    10 737,51
    -314,13 (-2,84 %)
     
  • Nikkei 225

    26 422,05
    +248,07 (+0,95 %)
     
  • EUR/USD

    0,9831
    +0,0092 (+0,94 %)
     
  • HANG SENG

    17 165,87
    -85,01 (-0,49 %)
     
  • BTC-EUR

    19 814,55
    -282,13 (-1,40 %)
     
  • CMC Crypto 200

    444,40
    -1,58 (-0,35 %)
     
  • S&P 500

    3 640,47
    -78,57 (-2,11 %)
     

Médicaments : le plan de l'Assurance maladie pour lutter contre les fausses ordonnances

Yann Avril/Adobe Stock

C'est devenu un fléau pour l'Assurance maladie : les fausses ordonnances qui permettent à des réseaux d'escrocs de se faire de l'argent sur son dos. Selon les informations du Parisien, l'organisme a déjà détecté depuis début 2022 plus de cinq millions d'euros de fraudes, mais les sommes pourraient encore être plus importantes, car les escrocs passent parfois encore à travers les mailles du filet. Le Service d'information, de renseignement et d'analyse stratégique sur la criminalité organisée (Sirasco) a également établi un rapport alarmant sur ces obtentions "frauduleuses de médicaments à forte valeur ajoutée" qui portent un "préjudice très élevé pour l'Assurance maladie" et pourraient à terme jouer sur la disponibilité des traitements.

Alors, face à ce phénomène, l'organisme a décidé de taper du poing sur la table, en mettant en place un plan pour contrer les escrocs. Il consiste dans un premier temps à un meilleur contrôle des médicamentes de plus de 300 euros. Dès octobre, les pharmaciens vont disposer de moyens supplémentaires pour contrôler les médicaments allant de 300 jusqu'à 50.000 euros la boîte pour certains. Selon nos confrères, il s'agit essentiellement de traitements contre par exemple la dégénérescence maculaire liée à l'âge, des hormones de croissance ou des anticancéreux. Or, selon une source de l'Assurance maladie contactée par Le Parisien, la part de remboursement de ces médicaments ne fait qu'augmenter en ville alors qu'elle ne représente aujourd'hui que 0,4 (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Funérailles d'Elizabeth II : jets privés et hélicoptères bannis pour les chefs d'État et VIP ?
Ukraine : Macron demande à Poutine de "retirer les armes lourdes et légères" de la centrale de Zaporijjia
Les placements à éviter à la rentrée, de nouveaux tarifs d'électricité proposés par les fournisseurs en septembre... Le flash éco du jour
États-Unis : "un risque" de récession existe, selon la secrétaire au Trésor
"De gré ou de force" : Marine Le Pen veut imposer la crise énergétique au Parlement