La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,51
    +28,42 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 034,25
    +34,81 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,23 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2168
    +0,0100 (+0,83 %)
     
  • Gold future

    1 832,00
    +16,30 (+0,90 %)
     
  • BTC-EUR

    47 778,07
    +1 465,16 (+3,16 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 480,07
    +44,28 (+3,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,82
    +0,11 (+0,17 %)
     
  • DAX

    15 399,65
    +202,91 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 129,71
    +53,54 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,39 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 357,82
    +26,45 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    -26,81 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3990
    +0,0097 (+0,70 %)
     

“Comme les médicaments, les algorithmes peuvent aussi présenter des effets indésirables”

·1 min de lecture

En matière de santé, faut-il généraliser le don de données au même titre que le don d’organe ? Car si les machines sont techniquement capables de réaliser des diagnostics de pointe et que la médecine prédictive n’est plus de la science fiction, il manque toutefois un élément crucial pour faire fonctionner les algorithmes : des données de santé fiables, qualifiées et en quantité. Décryptage avec Nozha Boujemaa, experte en intelligence artificielle, notamment dans le domaine de la santé.

Écoutez l’interview de Nozha Boujemaa dans “Big Data”, le nouveau podcast de Capital sur l’univers des données.

Quel est le principal intérêt de l’IA en matière de santé ?

Nozha Boujemaa : Aujourd’hui, les techniques de reconnaissance d’images sont vraiment au point. Bien entraînée, une machine est capable d’aller chercher dans les images des indices, des signatures, des motifs qui ne sont pas toujours visibles à l'œil nu. Mais pour apprendre à faire cela, il faut que les algorithmes puissent avoir accès à une immensité de données. Parce que c’est la quantité de données qui va permettre d'avoir des redondances et donc d’identifier un objet, une forme, sous une multitude d'apparences. C'est vrai d’ailleurs pour la médecine comme pour la reconnaissance des visages ou objets en général. Mais en matière de santé, l'intérêt c'est d'être capable d'anticiper les premiers signes d'une maladie. Les signaux faibles. Car plus on est dans l'anticipation, plus la médecine est efficace et peut avoir un impact. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Coinbase : la cotation des actions finalement maintenue à la Bourse de Francfort !
Chine : Pékin donne son feu vert pour des importations d’or colossales
Turquie : le fondateur d'une plateforme de cryptomonnaies soupçonné d'avoir siphonné des centaines de milliers de clients pour un montant colossal
Les entreprises pourront souscrire un prêt garanti par l'Etat (PGE) jusqu'à fin 2021
Aperam Gueugnon bientôt fermé, après les suppressions d’emplois ? Les syndicats tirent la sonnette d’alarme !