Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 534,52
    -52,03 (-0,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 827,24
    -42,88 (-0,88 %)
     
  • Dow Jones

    40 287,53
    -377,49 (-0,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,0886
    -0,0014 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    2 402,80
    -53,60 (-2,18 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 708,31
    -130,80 (-0,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 387,97
    +57,08 (+4,29 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,25
    -2,57 (-3,10 %)
     
  • DAX

    18 171,93
    -182,83 (-1,00 %)
     
  • FTSE 100

    8 155,72
    -49,17 (-0,60 %)
     
  • Nasdaq

    17 726,94
    -144,28 (-0,81 %)
     
  • S&P 500

    5 505,00
    -39,59 (-0,71 %)
     
  • Nikkei 225

    40 063,79
    -62,56 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 417,68
    -360,73 (-2,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2915
    -0,0032 (-0,25 %)
     

Ce médicament sera désormais délivré uniquement sur ordonnance pour éviter les abus

Malorny

C’est bien connu, les antihistaminiques ont la capacité de vous faire rejoindre les bras de Morphée rapidement. Et ce pouvoir, nombreux sont ceux qui l’ont bien compris et qui en abusent. C’est le cas pour le médicament Périactine, qui a largement été détourné de son usage ces dernières années. Initialement vendu comme antiallergique, certains se le sont surtout procuré pour mieux s’endormir et à des fins esthétiques.

En effet, au-delà de son pouvoir d’endormissement, la Périactine a aussi des effets orexigènes. Comme l’indique le Journal des Femmes ce 28 juin, la molécule cyproheptadine, présente dans les antihistaminiques, augmente aussi grandement l’appétit. Ainsi, certains n’hésitaient pas à ingérer ce médicament dans le but de prendre du poids. Cet effet de la Périactine a d’ailleurs été largement vanté sur les réseaux sociaux, parfois par des influenceurs.

Cependant, la cyproheptadine peut être à l’origine de graves effets secondaires si elle est prise de façon abusive. L’ANSM appelait d’ailleurs déjà à la vigilance depuis 2022 les professionnels de santé quant à ces abus. Ce jeudi 27 juin, l’agence nationale a donc mis fin à la vente libre de ce traitement. «Malgré les mesures d’information mises en place depuis 2022, ces mésusages persistent, ainsi que les risques qui y sont associés. Le changement des conditions de prescription et de délivrance vise à limiter cet usage détourné», explique l’Agence de sécurité du médicament dans un communiqué.

Auprès de l’AFP, Isabelle (...)

PUBLICITÉ

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Législatives 2024 : tensions dans les bureaux de vote à l'approche des résultats du premier tour
Législatives 2024 : dans les pas de Guillaume Kasbarian, ministre du Logement en campagne
«L’Union européenne va massivement emprunter et la BCE relancera les achats d’obligations»
Arnaque à Notre Dame : l’ouverture gâchée par les faux billets ?
Prix du gaz, DPE, impôt… tout ce qui change pour vous en juillet