La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 742,25
    -11,72 (-0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 977,90
    -6,60 (-0,17 %)
     
  • Dow Jones

    34 429,88
    +34,87 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,0531
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    1 797,30
    -3,80 (-0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    16 101,40
    -79,27 (-0,49 %)
     
  • CMC Crypto 200

    404,33
    +2,91 (+0,72 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,34
    -0,88 (-1,08 %)
     
  • DAX

    14 529,39
    +39,09 (+0,27 %)
     
  • FTSE 100

    7 556,23
    -2,26 (-0,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 461,50
    -20,95 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    4 071,70
    -4,87 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    27 777,90
    -448,18 (-1,59 %)
     
  • HANG SENG

    18 675,35
    -61,09 (-0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,2296
    +0,0040 (+0,33 %)
     

Médecin traitant, assistants médicaux... l'ordonnance de François Braun pour améliorer l'accès aux soins

Xose Bouzas / Hans Lucas

L'heure est venue d'opérer. "Le diagnostic, on le connaît, il est partagé", a lancé le ministre de la Santé et de la prévention François Braun, en ouvrant, ce lundi 3 octobre au Mans, les débats du volet santé du conseil national de la refondation. Une grande consultation impliquant soignants, élus locaux et usagers du système de santé, invités à "discuter librement sur les solutions, pas sur les problèmes". Les urgences sont nombreuses, entre d'une part "des citoyens qui ont du mal à obtenir des rendez-vous, ou à trouver un médecin traitant" - 6 millions environ sont dans ce cas, dont 600.000 atteints de maladies chroniques - et d'autre part des professionnels de santé "épuisés après deux ans de crise sanitaire" et qui ont eux aussi "du mal à trouver du sens à leurs métiers", a-t-il constaté.

Depuis le coeur de la Sarthe, département devenu l'emblème des déserts médicaux, il a affirmé que le traitement ne se fera "pas depuis l'avenue de Ségur", car selon sa formule fétiche, "les problèmes sont dans les territoires, les solutions aussi". Les réunions sont donc appelées à se multiplier "en métropole et en outre-mer", dès la semaine prochaine et "jusqu'à la fin de l'année", avec pour première priorité "que chaque Français trouve, s'il le souhaite, un médecin traitant d'ici la fin du quinquennat".

À cette fin, les réformes déjà engagées sous le quinquennat précédent seront encore amplifiées, avec notamment un objectif de 10.000 assistants médicaux en 2025 - contre un peu moins de (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Union européenne : vers un chargeur unique pour smartphones
À la rencontre de Paul D. Hunt, le designer qui a conçu les emoji non-genrés
Inflation : les arnaques au bois de chauffage ont le vent en poupe
Covid long : un médecin radié pour avoir prescrit des traitements "inhabituels"
Le four à pizza d'un restaurant de Belfort attise la colère des riverains