La bourse ferme dans 3 h 42 min
  • CAC 40

    6 655,90
    +72,28 (+1,10 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 181,79
    +35,85 (+0,86 %)
     
  • Dow Jones

    34 814,39
    +236,82 (+0,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,1777
    -0,0049 (-0,41 %)
     
  • Gold future

    1 776,80
    -18,00 (-1,00 %)
     
  • BTC-EUR

    40 714,82
    +119,41 (+0,29 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 234,22
    +37,00 (+3,09 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,44
    -0,17 (-0,23 %)
     
  • DAX

    15 705,26
    +89,26 (+0,57 %)
     
  • FTSE 100

    7 048,13
    +31,64 (+0,45 %)
     
  • Nasdaq

    15 161,53
    +123,77 (+0,82 %)
     
  • S&P 500

    4 480,70
    +37,65 (+0,85 %)
     
  • Nikkei 225

    30 323,34
    -188,37 (-0,62 %)
     
  • HANG SENG

    24 667,85
    -365,36 (-1,46 %)
     
  • GBP/USD

    1,3836
    +0,0001 (+0,00 %)
     

Lyon, Bordeaux… La taxe d'habitation des résidences secondaires dans le viseur des communes

·2 min de lecture

CARTE - Lyon et Bordeaux ont annoncé début juillet que la majoration de la taxe d’habitation - applicables aux résidences secondaires - allait atteindre 60%, soit le taux maximal autorisé par la loi. Mais actuellement, quelles villes ont activé ce dispositif à plein régime?

Alors que la taxe d'habitation des résidences principales , les villes partent en guerre contre les résidences secondaires. Depuis la loi finance de 2017, la peut être majorée de 5 à 60% pour ce type de résidences, dans les villes de zones tendues –c’est-à-dire celles ayant plus de 50.000 habitants et présentant un déséquilibre entre l’offre et la demande de logements. Avant cette loi, cette majoration maximum était de 20%. Plus de 1.000 communes françaises sont potentiellement concernées par ce dispositif. Si l'écrasante majorité n'a pas activé cet outil, certaines décident de prendre l'option la plus offensive.

Lire aussi

C’est en tout cas l’objectif affiché par la ville de Lyon, lors du conseil municipal du 8 juillet, qui a voté une augmentation de la majoration de 20 à 60%, à partir de 2022 – soit le taux maximum autorisé par la loi. "Le but est de optimiser au maximum les logements existants dans une zone territoriale de tension immobilière", selon la première adjointe au maire, Audrey Hénocque. Certaines villes avaient déjà fait ce choix, comme Paris, Nice ou encore Bidart. Concrètement, c'est le conseil municipal qui peut décider d’appliquer une majoration pour notamment , pour qu’ils puissent être achetés ou loués par de futurs habitants. A Lyon, 15.000 logements sont des résidences secondaires, représentant une part de 4,8% de l’ensemble des logements. Cette augmentation devrait rapporter environ "3,3 millions d’euros de recettes supplémentaires", selon la municipalité.

500.000 euros de gains supplémentaires attendus à Bordeaux

Bordeaux suit la même voie. Déjà passé de 20 à 50% en février 2018, la majoration de la taxe d’habitation va cette fois-ci atteindre le plafond de 60% à partir de 2022. Cette mesure votée lors du conseil municipal du 13 juillet devrait rapporter 500.000 euros par an à la ville. Mais le but premier n’est pas de gagner de l’argent mais "d’inciter les propriétaires à mettre sur le marché locatifs ces logements", explique Claudine B[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles