La bourse est fermée

Comment LVMH a pu lancer sa production de gel hydroalcoolique en seulement 36 heures

1 / 2

Comment LVMH a pu lancer sa production de gel hydroalcoolique en seulement 36 heures

"Excellent !" Par ce simple message, Bernard Arnault, première fortune de France, a donné son feu vert pour transformer l'usine Dior d'Orléans, plus habituée aux parfums de la marque, en une débitrice de gel hydroalcoolique. C'était samedi soir dernier. 36 heures plus tard, la production est lancée et, mercredi, les hôpitaux parisiens ont reçu leurs premiers flacons siglés LVMH.

Ce jeudi, le Financial Times raconte comment le groupe de luxe a réussi ce tour de force, alors que le gel hydroalcoolique manquait cruellement aux services de santé. Et c'est le fameux "entre-soi" à la française, tant décrié, qui a fait accélérer les choses. "Dans le système français, nous nous connaissons tous", explique au quotidien Martin Hirsch, médecin et haut fonctionnaire à la tête de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP). "Cela peut être gênant en temps normal, mais c'est génial en cas de crise". Justement, ce dernier connaît très bien le secrétaire général de LVMH, Marc-Antoine Jamet, qui lui propose samedi dernier de produire du gel hydroalcoolique.

"Nous n'étions pas complètement en sécurité avec les stocks de gel et les fournisseurs que nous avions. Nous cherchions donc à savoir si nous pouvions le faire nous-mêmes" explique Martin Hirsch. Justement, l'usine de LVMH produit des parfums mais aussi des savons liquides ou des crèmes hydratantes et possède donc les ingrédients nécessaires: l'eau purifiée, l'éthanol et la...

Lire la suite sur BFM Business

A lire aussi