Publicité
La bourse ferme dans 2 h 19 min
  • CAC 40

    7 955,20
    +20,17 (+0,25 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 972,51
    +9,31 (+0,19 %)
     
  • Dow Jones

    38 441,54
    -411,32 (-1,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,0834
    +0,0027 (+0,25 %)
     
  • Gold future

    2 364,30
    +0,20 (+0,01 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 867,29
    +165,27 (+0,26 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 459,45
    +3,58 (+0,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,70
    -0,53 (-0,67 %)
     
  • DAX

    18 487,64
    +14,35 (+0,08 %)
     
  • FTSE 100

    8 206,72
    +23,65 (+0,29 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,58
    -99,30 (-0,58 %)
     
  • S&P 500

    5 266,95
    -39,09 (-0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    38 054,13
    -502,74 (-1,30 %)
     
  • HANG SENG

    18 230,19
    -246,82 (-1,34 %)
     
  • GBP/USD

    1,2726
    +0,0022 (+0,17 %)
     

LVMH : la croissance déçoit, les ventes de Louis Vuitton et Dior ne font pas d’étincelles

Florence Piot/Adobe Stock

Des ventes en baisse, un chiffre d'affaires inférieur aux attentes Mais LVMH garde sa confiance. Le numéro un mondial du luxe LVMH a vu ses ventes reculer de 2% au premier trimestre par rapport à la même période en 2023, à 20,7 milliards d'euros. A structure et taux de change comparables, le chiffre d'affaires du groupe dirigé par Bernard Arnault est en hausse de 3%. LVMH «reste à la fois vigilant et confiant en ce début d'année» dans un «contexte géopolitique et économique incertain», selon le communiqué. Le chiffre d'affaires de LVMH est légèrement inférieur aux prévisions établies par Bloomberg et Factset, qui tablaient respectivement sur 21,18 et 21 milliards d'euros.

«3% de croissance organique après 17% l'année dernière, c'est vraiment pas mal du tout. On n'est pas mécontent», a commenté le directeur financier Jean-Jacques Guiony lors d'un échange avec les agences de presse. «Au premier trimestre de l'année dernière, le marché chinois avait commencé à s'ouvrir (après pandémie), ils avaient eu une année 2022 extrêmement dure (...) il y avait beaucoup d'euphorie», a-t-il ajouté pour expliquer l'effet de base de comparaison. Cette année la croissance des ventes à la clientèle chinoise est «autour de 10%» ce qui correspond à une «normalisation», selon Jean-Jacques Guiony.

Un effet base de comparaison qui a une incidence sur les ventes de la section mode et la maroquinerie (Louis Vuitton, Dior, Celine, Fendi...), division phare du groupe, en recul de 2% à 10,5 milliards d'euros. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Bourse : la hausse du pétrole et de l'inflation va-t-elle plomber le CAC 40 ?
Duralex en crise : demande de redressement judiciaire en vue
Forfaits mobiles : Free augmente discrètement certains prix et il n’est pas le seul…
Transport aérien : est-il toujours moins cher de partir à l’étranger plutôt qu’en France ?
Acheter des crédits de carbone et contribuer au ralentissement du changement climatique