La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 495,83
    -61,57 (-0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 730,32
    -47,06 (-1,25 %)
     
  • Dow Jones

    33 706,74
    -292,30 (-0,86 %)
     
  • EUR/USD

    1,0044
    -0,0048 (-0,47 %)
     
  • Gold future

    1 760,30
    -10,90 (-0,62 %)
     
  • BTC-EUR

    20 817,47
    -2 493,89 (-10,70 %)
     
  • CMC Crypto 200

    504,88
    -36,72 (-6,78 %)
     
  • Pétrole WTI

    89,91
    -0,59 (-0,65 %)
     
  • DAX

    13 544,52
    -152,89 (-1,12 %)
     
  • FTSE 100

    7 550,37
    +8,52 (+0,11 %)
     
  • Nasdaq

    12 705,21
    -260,13 (-2,01 %)
     
  • S&P 500

    4 228,48
    -55,26 (-1,29 %)
     
  • Nikkei 225

    28 930,33
    -11,81 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    19 773,03
    +9,12 (+0,05 %)
     
  • GBP/USD

    1,1823
    -0,0109 (-0,92 %)
     

Le luxe d'occasion: d'internet aux grands magasins

·2 min de lecture

C'est un marché qui n'en finit plus de croître: en 2020, le luxe de seconde main pesait quelque 28 milliards d'euros à l'échelle mondiale, selon un rapport de Bain & Company. La multiplication des plateformes et la création d'espaces dédiés dans des magasins a accéléré la tendance.

Dans les années 1980-90, les articles de mode et de luxe déjà portés intéressaient surtout les collectionneurs. Mais les temps ont changé, en particulier depuis que le vent d'internet a soufflé: à la fin des années 2000, ont commencé à émerger des sites de revente en ligne d'articles de luxe d'occasion. Aujourd'hui, l'industrie du luxe neuf pèse entre 250 et 295 milliards par an, selon Bain & Company, l'un des cabinets de référence en la matière.Mais pour le spécialiste Serge Carreira, maître de conférence à Sciences Po et responsable "Initiative marques émergentes" à la Fédération de la haute couture, "c'est la dynamique, très vive" du luxe de seconde main "qui est intéressante": ce marché progresse en effet plus vite que le luxe de première main. Et même quatre fois plus vite, selon un rapport du Boston Consulting Group, qui souligne que les plateformes digitales génèrent 25% des ventes globales du luxe d'occasion.

La seconde main se lance sur le web

A la fin des années 2000, de nouveaux acteurs intègrent le marché de la seconde main et lancent une nouvelle offre sur le web. L'idée est alors de proposer des pièces de collection de grandes maisons mais aussi du prêt-à-porter griffé, comme Isabel Marant, MaxMara ou Zadig et Voltaire. En France, Vestiaire Collective est pionnier dans le domaine et connaît, depuis sa création en 2009, un franc succès. Aujourd'hui, l'entreprise est valorisée à 1,45 milliard d'euros et 25.000 nouveaux articles sont mis en ligne chaque semaine. Coté en Bourse, l'américain The Real Real, né en 2011 et basé à San Francisco, est un autre grand acteur de la seconde main. Au mitan des années 2010, les plateformes spécialisées se multiplient. Collector Square ouvre en 2012, avant ByLuxe (devenu Monogram) en 2015, puis le site CrushOn est lancé en 2018. Ces sites web ouvrent également des magasins: Monogram a un dépôt dans le XVIIème arrondissement de Paris et Collector Square détient un showroom boulevard Raspail.

Les grands magasins s'engouf[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles