La bourse est fermée
  • Dow Jones

    35 719,43
    +492,40 (+1,40 %)
     
  • Nasdaq

    15 686,92
    +461,76 (+3,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 455,60
    +528,23 (+1,89 %)
     
  • EUR/USD

    1,1269
    -0,0018 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    23 983,66
    +634,28 (+2,72 %)
     
  • BTC-EUR

    44 826,57
    +1 079,16 (+2,47 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 301,47
    -19,81 (-1,50 %)
     
  • S&P 500

    4 686,75
    +95,08 (+2,07 %)
     

Luxe, auto, aéronautique... Des industriels européens accros à la Chine

·2 min de lecture

Un marché du luxe dans une forme insolente, un parc automobile en plein boom, un moteur de croissance sans égal pour la filière aéronautique… La Chine a de quoi rendre dépendants bon nombre d'industriels occidentaux.

Avec 1,5 milliard de consommateurs, la Chine usine du monde est aussi devenue le nouvel eldorado des multinationales. Dans les secteurs du luxe, de l'automobile ou de l'aéronautique, les industriels européens y posent leurs jalons depuis plusieurs décennies. Avec un succès qui ne se dément pas, malgré la crise sanitaire et le durcissement des réglementations chinoises vis-à-vis des investisseurs étrangers. Au point de placer les entreprises européennes dans une inquiétante situation de dépendance.

  • LUXE

43 milliards d'euros

C'est le montant atteint en 2020 par le en Chine, selon une étude réalisée par Bain & Company et la division luxe du portail Tmall, filiale d'Alibaba. Le marché chinois a affiché l'an dernier une hausse de 48% des ventes de vêtements, bijoux, lunettes et autres accessoires de luxe, au moment même où le chiffre d'affaires mondial de cette industrie reculait de 23% pour cause de Covid, pour la première fois depuis dix ans, à 217 milliards d'euros. Dans l'impossibilité de voyager, les Chinois se sont rués dans les boutiques Dior, Gucci ou Hermès, mais également sur les achats par Internet: la hausse a atteint 150%.

Tout indique que la Chine est partie pour devenir le premier marché de la planète pour les articles de luxe: elle devrait peser 45% des ventes totales dans un délai que Bain estime à cinq ans. Pour les grands groupes français, c'est une nouvelle à double tranchant. Certes, la reprise fulgurante de leurs ventes en Chine leur permet d'afficher des résultats flamboyants pour les neuf premiers mois de l'année. Au sein de Kering (Gucci, Balenciaga, Saint Laurent…), les marques de joaillerie ont réalisé une performance remarquable, selon le directeur financier Jean-Marc Duplaix, qui a évoqué, le 20 octobre, une croissance exceptionnelle pour Boucheron en Chine. Hermès, de son côté, affiche une croissance globale à deux chiffres pour ses trois premiers trimestres à fin septembre, portée notamment par une hausse de 61,7% dans la zone Asie-P[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles