Publicité
La bourse ferme dans 6 h 38 min
  • CAC 40

    8 022,51
    +41,00 (+0,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 935,66
    +21,53 (+0,44 %)
     
  • Dow Jones

    37 753,31
    -45,66 (-0,12 %)
     
  • EUR/USD

    1,0684
    +0,0009 (+0,09 %)
     
  • Gold future

    2 394,30
    +5,90 (+0,25 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 506,28
    -1 756,63 (-2,96 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,39
    -0,30 (-0,36 %)
     
  • DAX

    17 793,30
    +23,28 (+0,13 %)
     
  • FTSE 100

    7 887,57
    +39,58 (+0,50 %)
     
  • Nasdaq

    15 683,37
    -181,88 (-1,15 %)
     
  • S&P 500

    5 022,21
    -29,20 (-0,58 %)
     
  • Nikkei 225

    38 079,70
    +117,90 (+0,31 %)
     
  • HANG SENG

    16 385,87
    +134,03 (+0,82 %)
     
  • GBP/USD

    1,2478
    +0,0022 (+0,17 %)
     

Comment lutter contre le bruit au travail ?

L’exposition au bruit sur notre lieu de travail est susceptible d’affecter notre santé physique et mentale. En France, le bruit est d’ailleurs reconnu comme cause de maladies professionnelles depuis 1963. Aujourd’hui, plus de trois millions de personnes y sont exposées sur leur lieu de travail dans l'Hexagone, de manière prolongée et à des niveaux potentiellement nocifs, selon le ministère du travail, du plein-emploi et de l’insertion (source 1). Surdité, stress, augmentation des accidents au travail et perte de productivité sont autant de conséquences délétères qui peuvent en découler. Mais qu’entend-on par « bruit » exactement ? À quel moment devient-il dangereux ? Et comment limiter son impact sur notre santé ? On fait le point.

Bruit au travail : qui est concerné ?

Selon une enquête Ifop publiée en octobre 2022, « le bruit et les nuisances sonores au travail perturbent plus de la moitié des actifs français, et leur intensité varie selon l’environnement de travail, l’âge, et le secteur d’activité » (source 2). Dans le détail, 16 % des actifs disent souffrir « souvent » du bruit et 35 % disent en souffrir « de temps en temps ».

Les secteurs d’activité les plus concernés, selon cette enquête : le commerce, incluant la réparation d’automobiles et de motocycles, les transports et l’entreposage, l’hébergement et la restauration (61 %) ; l’agriculture...

Lire la suite