Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    40 395,99
    -19,45 (-0,05 %)
     
  • Nasdaq

    18 021,60
    +14,04 (+0,08 %)
     
  • Nikkei 225

    39 594,39
    -4,61 (-0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0857
    -0,0037 (-0,34 %)
     
  • HANG SENG

    17 469,36
    -166,52 (-0,94 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 733,82
    -1 343,89 (-2,16 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 359,29
    -25,97 (-1,87 %)
     
  • S&P 500

    5 564,50
    +0,09 (+0,00 %)
     

Pour lutter contre les accidents de la route, ce gouvernement offre le taxi pour rentrer de soirée

PIXABAY

Qui n’a jamais connu quelqu'un qui prend le volant malgré les multiples vers d’alcool avalés au cours de la soirée et les avertissements de ses amis ? Pour lutter contre ce comportement dangereux – voire potentiellement mortel –, l’Italie a décidé de prendre les devants en proposant aux fêtards de leur payer le taxi au sortir des boîtes de nuit, rapporte franceinfo. Une initiative lancée dans six localités et estampillée Matteo Salvini, le ministre des Transports d’extrême droite.

En pratique, les clients doivent passer un test d’alcoolémie lors de leur départ de la boîte. Si le taux d’alcool dans le sang est plus élevé que la limite autorisée, le patron de la discothèque délivre un bon de transport gratuit aux clients éméchés. Comme en France, cette limite est fixée à 0,5 g/l de sang (soit 0,25 mg d'alcool par litre d'air expiré). Au-dessus, conduire est interdit. Mais de nombreux Italiens enfreignent la règle, conduisant parfois à des conséquences irréversibles. Depuis la pandémie, la mortalité sur les routes pour les jeunes Italiens âgés de 18 à 30 ans a en effet considérablement augmenté.

Pourtant, la mesure ne trouve pas que des supporters. Sur les réseaux sociaux particulièrement, la polémique enfle depuis quelques semaines. La mesure de Salvini serait-elle une subvention à la beuverie ? D’après nos confrères, une telle affirmation est plus qu’exagérée. À titre d’exemple, dans une discothèque près de Venise, où la mesure est appliquée, sur 4.000 fêtards par week-end, moins (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite