La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 611,69
    -69,45 (-1,22 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 599,55
    -41,82 (-1,15 %)
     
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,24 (-0,57 %)
     
  • EUR/USD

    1,2083
    -0,0072 (-0,59 %)
     
  • Gold future

    1 827,70
    -2,20 (-0,12 %)
     
  • BTC-EUR

    30 173,34
    +1 198,07 (+4,13 %)
     
  • CMC Crypto 200

    701,93
    -33,21 (-4,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,04
    -0,32 (-0,61 %)
     
  • DAX

    13 787,73
    -137,37 (-0,99 %)
     
  • FTSE 100

    6 735,71
    -66,25 (-0,97 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,10 (-0,87 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    28 519,18
    -179,12 (-0,62 %)
     
  • HANG SENG

    28 573,86
    +76,96 (+0,27 %)
     
  • GBP/USD

    1,3585
    -0,0106 (-0,78 %)
     

"La lutte contre la pollution est une priorité" : les véhicules diesel bannis du centre de l'agglomération lyonnaise d'ici cinq ans

Christophe Vincent
·1 min de lecture

Trente-trois jours de pic de pollution en 2019, pas moins cette année : le bassin lyonnais suffoque. La Métropole passe à l'action : limitée à Lyon et Villeurbanne, la zone à faibles émissions va s'élargir à la première couronne. À terme, seules les voitures à critère 1 pourront y rentrer. Pas les diesels, qui représentent 70% du parc, soit 400 000 véhicules.

"La lutte contre la pollution est une priorité, explique Bruno Bernard. Tout le monde a compris que nous avons un souci avec la pollution et qu'il faut accompagner cette transition écologique. C'est une politique globale et oui, c'est une transformation majeure de l'agglomération."

La pollution touche d'abord les plus fragiles et aussi les plus modestes, c'est à dire ceux qui habitent près des axes pollués, notamment le périphérique ou l'autoroute. Ce sont ces populations que l'on protège en priorité dans cette politique contre la pollution.

Bruno Bernard

à franceinfo

Cette pollution croisée particules très fines et ozone, réduirait d'un à deux ans l'espérance de vie dans l'agglomération. "Sur les oxydes d'azote, on est obligés d'agir sur les transports, sinon on ne s'en sortira pas", explique Marie-Blanche (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi