La bourse ferme dans 3 h 49 min
  • CAC 40

    6 579,36
    +47,44 (+0,73 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 088,72
    +23,89 (+0,59 %)
     
  • Dow Jones

    35 058,52
    -85,79 (-0,24 %)
     
  • EUR/USD

    1,1808
    -0,0018 (-0,15 %)
     
  • Gold future

    1 797,00
    -2,80 (-0,16 %)
     
  • BTC-EUR

    34 500,87
    +2 187,15 (+6,77 %)
     
  • CMC Crypto 200

    952,06
    +75,83 (+8,65 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,88
    +0,23 (+0,32 %)
     
  • DAX

    15 562,10
    +42,97 (+0,28 %)
     
  • FTSE 100

    7 011,45
    +15,37 (+0,22 %)
     
  • Nasdaq

    14 660,58
    -180,14 (-1,21 %)
     
  • S&P 500

    4 401,46
    -20,84 (-0,47 %)
     
  • Nikkei 225

    27 581,66
    -388,56 (-1,39 %)
     
  • HANG SENG

    25 473,88
    +387,45 (+1,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,3868
    -0,0011 (-0,08 %)
     

L'Union Européenne veut verdir ses importations

·2 min de lecture

Bruxelles dévoilera mercredi prochain son projet pour sanctionner les produits venant de pays aux normes environnementales moins strictes, tout en maintenant les "droits à polluer" gratuits des entreprises européennes.

Verdir les importations de l'Union Européenne (UE) pour réduire son empreinte carbone: Bruxelles dévoilera mercredi son projet pour sanctionner les produits venant de pays aux normes environnementales moins strictes, tout en maintenant les "droits à polluer" gratuits des entreprises européennes. Ce dispositif, dénoncé par les partenaires commerciaux de l'UE, sera présenté par la Commission européenne dans son vaste paquet de mesures climatiques, avant d'être négocié entre Etats membres et eurodéputés.

Remède aux "fuites carbone"

Selon le projet consulté par l'AFP, la Commission ne propose pas une "taxe carbone" proprement dite, mais veut appliquer aux importations les mêmes critères que ceux du marché du carbone européen (ETS) où les industriels du continent achètent des "droits à polluer". Cet "ajustement des émissions aux frontières" fonctionnerait à partir de 2026 pour combattre le "dumping écologique" et éviter les délocalisations d'activités industrielles.

L'envolée du prix du carbone à 50 euros/tonne renforce la probabilité de ces "fuites", qui sapent les efforts des Européens pour atteindre leur objectif de réduction de 55% des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030 (par rapport à 1990).

Calculs et certificats

Le mécanisme ciblerait les secteurs les plus polluants (acier, aluminium, engrais, ciment, électricité), qui représentent quelque 2% en valeur des importations européennes, selon l'institut Europe-Jacques-Delors. Les exportations de Russie, Turquie, Chine, Ukraine et Balkans seraient les plus touchées. L'importateur européen devra certifier l'"intensité carbone" du processus de production (énergie comprise), et si celle-ci est supérieure au standard européen, il devra acquérir un quota ("certificat d'émission") auprès d'une nouvelle autorité.

Si un marché carbone existe dans le pays exportateur, il paiera seulement la différence avec le prix du carbone européen. Vu la complexité du traçage, la Commission appliquera initialement des "valeurs[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles