La bourse ferme dans 1 h 53 min
  • CAC 40

    6 525,56
    -31,84 (-0,49 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 751,40
    -25,98 (-0,69 %)
     
  • Dow Jones

    33 866,32
    -132,72 (-0,39 %)
     
  • EUR/USD

    1,0060
    -0,0031 (-0,31 %)
     
  • Gold future

    1 770,30
    -0,90 (-0,05 %)
     
  • BTC-EUR

    21 402,76
    -2 134,06 (-9,07 %)
     
  • CMC Crypto 200

    510,70
    -30,90 (-5,71 %)
     
  • Pétrole WTI

    90,25
    -0,25 (-0,28 %)
     
  • DAX

    13 626,09
    -71,32 (-0,52 %)
     
  • FTSE 100

    7 564,16
    +22,31 (+0,30 %)
     
  • Nasdaq

    12 842,98
    -122,36 (-0,94 %)
     
  • S&P 500

    4 259,74
    -24,00 (-0,56 %)
     
  • Nikkei 225

    28 930,33
    -11,77 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    19 773,03
    +9,12 (+0,05 %)
     
  • GBP/USD

    1,1823
    -0,0110 (-0,92 %)
     

Sous la lune ou au son des cigales, (re)découvrir le domaine du Rayol

Sis dans le Var, au bord de la Méditerranée, entre Hyères et Saint Tropez, au pied du Massif des Maures, le "Jardin des Méditerranées" permet une plongée dans une nature luxuriante.

"Magique, envoutant, impressionnant". Enfant du pays, patron de la célèbre table Maurin-des-Maures, et président depuis trois décennies de l’Association des amis du domaine du Rayol, le très volubile André Del Monte n’a pas de mots assez forts pour parler des visites nocturnes organisées durant l’été dans "le Jardin des Méditerranées", ce joyau sis au bord de la Grande Bleue, entre Saint Tropez et Hyères, dans le village varois de Rayol-Canadel-sur-mer. La prochaine balade de nuit aura lieu le 15 juillet.

"Sous la lumière de la lune, les pins sont blancs", s’enthousiasme le restaurateur, qui évoque "les odeurs, les bruits, les animaux que l’on entend et dont on ne percevait pas l’existence." Car sur les 20 hectares de la propriété, la faune est foisonnante (une quinzaine d’espèces pour les seules chauves souris) et la flore luxuriante. "Ici on compte plus de 1800 essences différentes", témoigne le chef jardinier Tao Ramsa. Parmi elles, une cinquantaine de mimosas, dont les pompons vont du jaune, au orange vif, en passant par le rose. Fin juin, leur couleur tirait sur les tons citron.

Il y a un peu plus de trente ans, ce site exceptionnel, alors à l’abandon, a été sauvé de la spéculation immobilière par le Conservatoire du Littoral, qui en a confié l’aménagement au jardinier philosophe Gilles Clément. Evaluant le potentiel de la gigantesque friche, le paysagiste décide d’assumer l’héritage des premiers propriétaires, qui avaient fait aménager le domaine avec faste et planter au début du XXe siècle des espèces exotiques, eucalyptus, mimosas, dattiers, palmiers, dattiers, bambous et agaves, très en vogue à l’époque.

Rapidement l’idée vient au paysagiste de concevoir un Jardin des Méditerranées, qui mette en majesté des plantes capables de pousser sous le climat du Sud de la France. Il voyage, rapporte des espèces variées, structure dix lopins du bout du monde, reliés par 5 kilomètres de chemins, évoquant la Californie, l’Afrique du Sud, l’Australie la Nouvelle Zéland[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles