La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 931,06
    +8,20 (+0,14 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 448,31
    -6,55 (-0,19 %)
     
  • Dow Jones

    31 097,26
    +321,83 (+1,05 %)
     
  • EUR/USD

    1,0426
    -0,0057 (-0,54 %)
     
  • Gold future

    1 812,90
    +5,60 (+0,31 %)
     
  • BTC-EUR

    18 221,25
    -380,30 (-2,04 %)
     
  • CMC Crypto 200

    420,84
    +0,70 (+0,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    108,46
    +2,70 (+2,55 %)
     
  • DAX

    12 813,03
    +29,26 (+0,23 %)
     
  • FTSE 100

    7 168,65
    -0,63 (-0,01 %)
     
  • Nasdaq

    11 127,84
    +99,11 (+0,90 %)
     
  • S&P 500

    3 825,33
    +39,95 (+1,06 %)
     
  • Nikkei 225

    25 935,62
    -457,42 (-1,73 %)
     
  • HANG SENG

    21 859,79
    -137,10 (-0,62 %)
     
  • GBP/USD

    1,2103
    -0,0072 (-0,59 %)
     

L'Unédic confirme son retour dans le vert en 2022

Philippe LOPEZ / AFP

Le retour dans le vert permettra au régime d'assurance chômage d'entamer le remboursement de son énorme dette.

L'Unédic a confirmé ce mercredi 8 juin son retour dans le vert , avec un excédent prévu à 2,5 milliards d'euros cette année, qui permettra au régime d'assurance chômage d'entamer le .

Cet excédent a été revu légèrement à la hausse par rapport aux précédentes prévisions de février (+2,2 mds).

La diminution du nombre de demandeurs d'emploi et les appliquées depuis fin 2021 "contribueraient à diminuer les dépenses d'indemnisation" qui passeraient de 49,4 à 40 milliards, selon le communiqué de l'organisme paritaire qui présentait ses prévisions financières à l'horizon 2024.

Quant aux recettes, elles augmenteraient pour atteindre 42,5 milliards, du fait principalement de la dynamique des salaires liée à l'inflation.

Cette stabilisation des dépenses et cette augmentation des recettes se poursuivraient les années suivantes, permettant un excédent de 3,1 milliards en 2023 et 4,2 en 2024.

Les créations d'emploi se poursuivent en 2022

Sur ces trois années 2022-2024, "les deux tiers des excédents résultent de la mise en oeuvre de la réforme d'assurance chômage", souligne l'Unédic.

En conséquence, la dette, après un pic de 63,6 milliards en 2021 dont 18,7 du fait des d (comme par exemple l'activité partielle), devrait être ramenée à 61,1 milliards en 2022, puis 58 en 2023 et 53,7 en 2024.

Les créations d'emploi, après un nombre "exceptionnel" en 2021 (+678.000), se poursuivraient en 2022 "à un moindre niveau" (+79.000), en dépit d'un premier trimestre dynamique".

Sur 2023 et 2024, "le rythme de croissance reviendrait à un niveau proche d'avant-crise (respectivement 1,7% et 1,8%) et les créations d'emplois seraient plus limitées (respectivement +52.000 et +80.000)", ajoute l'Unédic.

Cette évolution "est conditionnée par le contexte économique et géopolitique", prévient cependant l'organisme.

(Avec AFP)

Retrouvez cet article sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles