Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 534,52
    -52,03 (-0,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 827,24
    -42,88 (-0,88 %)
     
  • Dow Jones

    40 392,47
    -272,55 (-0,67 %)
     
  • EUR/USD

    1,0893
    -0,0007 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    2 407,10
    -49,30 (-2,01 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 744,00
    +2 288,94 (+3,92 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 360,37
    +29,47 (+2,21 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,38
    -1,44 (-1,74 %)
     
  • DAX

    18 171,93
    -182,83 (-1,00 %)
     
  • FTSE 100

    8 155,72
    -49,17 (-0,60 %)
     
  • Nasdaq

    17 810,86
    -60,36 (-0,34 %)
     
  • S&P 500

    5 529,76
    -14,83 (-0,27 %)
     
  • Nikkei 225

    40 063,79
    -62,56 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 417,68
    -360,73 (-2,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2924
    -0,0023 (-0,18 %)
     

La lumière, un moyen de contrôler l’effet des médicaments ?

Le rétinal est donc ce qu'on appelle un « photoswitch », une molécule photosensible capable de changer de forme sous l'effet de la lumière : en fonction de celle-ci, il interagit ou non avec une protéine. Et si ce concept pouvait être étendu à certains médicaments, qui, selon leur forme, pourraient délivrer leur action ou non ? En effet, après son administration, un médicament classique diffuse dans le corps et agit certes sur sa cible, mais souvent sur d'autres parties du corps également, ce qui produit des effets secondaires.