Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 010,83
    -12,91 (-0,16 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 955,01
    -11,67 (-0,23 %)
     
  • Dow Jones

    37 983,24
    -475,84 (-1,24 %)
     
  • EUR/USD

    1,0646
    -0,0085 (-0,79 %)
     
  • Gold future

    2 360,20
    -12,50 (-0,53 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 568,49
    -3 448,14 (-5,47 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    85,45
    +0,43 (+0,51 %)
     
  • DAX

    17 930,32
    -24,16 (-0,13 %)
     
  • FTSE 100

    7 995,58
    +71,78 (+0,91 %)
     
  • Nasdaq

    16 175,09
    -267,10 (-1,62 %)
     
  • S&P 500

    5 123,41
    -75,65 (-1,46 %)
     
  • Nikkei 225

    39 523,55
    +80,92 (+0,21 %)
     
  • HANG SENG

    16 721,69
    -373,34 (-2,18 %)
     
  • GBP/USD

    1,2451
    -0,0104 (-0,83 %)
     

Lufthansa : pourquoi les passagers pourraient payer plus cher pour les repas spéciaux

Pixabay

Lufthansa est dépassée par les desiderata culinaires de ses passagers. C’est ce que l’on a appris par le média allemand Aero Telegraph, relayé par Air Journal, le 28 février 2024. À bord, composer avec les besoins alimentaires des passagers serait devenu un véritable casse-tête pour l’équipe de bord. Les représentants du personnel auraient donc formulé la demande de faire facturer aux voyageurs leurs repas diététiques spéciaux. En effet, cela oblige les stewards et les hôtesses de l’air à jongler avec les différents menus proposés pour satisfaire les clients.

Pour rappel, Lufthansa elle-même propose onze menus différents pour ses vols long-courriers. Ils permettent de satisfaire tout le monde et notamment ceux qui souffrent d’intolérances, au gluten ou au lactose par exemple. Ces repas dits spéciaux s’adressent également à ceux qui ont des croyances impliquant un régime alimentaire qui exclut certains aliments. Pour choisir leur plat, les passagers ont jusqu’à 24 heures avant le départ de leur avion pour se manifester, en ligne. Malgré ces précautions, le nombre de repas spéciaux explose et peut atteindre jusqu’à 190 menus sur un seul et même long-courrier.

Pour contrer le phénomène, les représentants du personnel réclament des mesures. Tout d’abord, ils aimeraient que les demandes de repas spéciaux soient facturées aux passagers demandeurs. Selon eux, cela réduirait drastiquement le nombre de repas différents par trajet. En outre, ils préconisent de ne proposer que des menus répondant (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Cet ultrariche veut payer plus d'impôts au nom de la lutte contre les inégalités
Frais bancaires sur les petits héritages : vers la fin d’une injustice ?
La chute des prix de l’immobilier selon votre département, bonne nouvelle pour les détenteurs d'un Livret A… Le Flash éco du jour
Impôts : comment Bruno Le Maire veut taxer les ultra-riches du monde entier
IVG dans la Constitution : le délai d’attente pour avorter en France, selon les départements