La bourse ferme dans 1 h 50 min
  • CAC 40

    6 778,09
    +24,57 (+0,36 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 217,72
    -3,16 (-0,07 %)
     
  • Dow Jones

    35 674,07
    +183,38 (+0,52 %)
     
  • EUR/USD

    1,1637
    +0,0031 (+0,27 %)
     
  • Gold future

    1 812,00
    +13,20 (+0,73 %)
     
  • BTC-EUR

    52 925,07
    +1 787,69 (+3,50 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 483,65
    +64,27 (+4,53 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,09
    -0,57 (-0,69 %)
     
  • DAX

    15 646,71
    -59,10 (-0,38 %)
     
  • FTSE 100

    7 240,14
    -13,13 (-0,18 %)
     
  • Nasdaq

    15 314,25
    +78,41 (+0,51 %)
     
  • S&P 500

    4 575,38
    +23,70 (+0,52 %)
     
  • Nikkei 225

    28 820,09
    -278,15 (-0,96 %)
     
  • HANG SENG

    25 555,73
    -73,01 (-0,28 %)
     
  • GBP/USD

    1,3770
    +0,0027 (+0,20 %)
     

L'UFC-Que Choisir porte plainte contre McDonald's, l'accusant d'avoir eu recours à des enfants influenceurs

·1 min de lecture

Le géant du fast-food aurait-il recours à des enfants influenceurs pour assurer la promotion de ses produits ? C'est l'avis de l'association de consommateurs UFC-Que Choisir, qui a annoncé avoir porté plainte contre McDonald's France, mercredi 13 octobre, pour "pratiques commerciales trompeuses".

L'UFC-Que Choisir relève le cas de jeunes influenceurs qui mettent en avant les produits McDonald's sur les réseaux sociaux, en citant directement la chaîne de restaurants, sans mentionner l'existence d'un partenariat commercial, dans sa plainte déposée lundi 11 octobre. "Or, dissimuler la nature publicitaire d'un message, laissant ainsi croire, à la communauté d'un influenceur, à un conseil désintéressé, est une pratique commerciale trompeuse sanctionnable", rappelle l'association dans un communiqué.

À lire aussi — On est allé voir comment McDonald’s fabrique vraiment ses steaks hachés

"La perfidie d'un tel manque de transparence s'accroît si la communauté ciblée est composée d'enfants, moins armés que les adultes face à des messages publicitaires cachés", estime l'UFC-Que Choisir.

En juillet dernier, une affaire similaire avait valu à l'influenceuse et star de la télé-réalité Nabilla Benattia-Vergara une amende de 20 000 euros pour avoir fait la promotion de services boursiers sur Snapchat, sans mentionner qu'elle était rémunérée pour cela.

Pour McDonald's, il s'agit d'une "plainte abusive, à destination médiatique, qui ne reflète absolument pas la nature de [ses] pratiques", a-t-il (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

La Banque postale s'engage à sortir des énergies fossiles d'ici 2030, et c'est une première
6 choses à ne pas faire dans un magasin Primark, selon les employés
Ryanair accusée de bannir des passagers ayant été remboursés durant la pandémie
Meghan Markle et le prince Harry deviennent des investisseurs engagés
Le prix Nobel d'économie a été décerné à un trio spécialisé dans l'expérimental et l'empirique

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles