La bourse est fermée
  • Dow Jones

    30 937,04
    -22,96 (-0,07 %)
     
  • Nasdaq

    13 626,06
    -9,93 (-0,07 %)
     
  • Nikkei 225

    28 546,18
    -276,11 (-0,96 %)
     
  • EUR/USD

    1,2164
    +0,0019 (+0,16 %)
     
  • HANG SENG

    29 391,26
    -767,75 (-2,55 %)
     
  • BTC-EUR

    26 589,59
    +202,60 (+0,77 %)
     
  • CMC Crypto 200

    653,21
    +5,89 (+0,91 %)
     
  • S&P 500

    3 849,62
    -5,74 (-0,15 %)
     

L'UE veut favoriser un marché de consommation plus durable

·1 min de lecture

Le Parlement européen a débattu ce lundi à Bruxelles d'un marché de consommation plus durable. Les eurodéputés appellent dans un rapport d'initiative à privilégier la réparation des objets plutôt que l'achat de nouveaux biens.

Avec notre correspondante à Bruxelles, Joana Hostein

Réparer plutôt qu'acheter du neuf permettrait au consommateur de faire des économies, de réduire l'empreinte écologique des biens de consommation et de limiter le nombre de délocalisations, parce que qui dit réparation, dit assez vraisemblablement faire appel à un technicien local.

Le rapport insiste donc sur ce droit à la réparation pour les consommateurs, avec quelques mesures incitatives indispensables, comme l'explique David Cormand, eurodéputé écologiste français à l'initiative du rapport sur un marché unique plus durable : « Si votre pièce de rechange vous devez l'attendre trois mois, c'est bien évident que vous allez remplacer l'appareil et pas vous priver de votre grille-pain ou de votre machine à laver le linge pendant trois mois. Donc dans le rapport on demande à ce que les pièces de rechange soient accessibles à des prix corrects dans des délais raisonnables. »

Les parlementaires préconisent aussi un étiquetage obligatoire et standardisé pour mesurer la durabilité d'un produit, par exemple avec un compteur d'utilisation et des informations claires sur la fin de vie estimée de l'article pour soutenir les marchés des biens d'occasion. Le seconde main plutôt que du neuf.

Enfin, le Parlement appelle à lutter contre l'obsolescence programmée et à augmenter la durée légale de la garantie de vos produits.

À lire aussi : France: malgré leur sensibilité écolo, les jeunes restent de gros consommateurs