La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 568,82
    +87,23 (+1,35 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 109,10
    +50,05 (+1,23 %)
     
  • Dow Jones

    35 061,55
    +238,15 (+0,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,1770
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • Gold future

    1 802,10
    +0,30 (+0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    29 168,39
    +131,59 (+0,45 %)
     
  • CMC Crypto 200

    786,33
    -7,40 (-0,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,17
    +0,10 (+0,14 %)
     
  • DAX

    15 669,29
    +154,79 (+1,00 %)
     
  • FTSE 100

    7 027,58
    +59,28 (+0,85 %)
     
  • Nasdaq

    14 836,99
    +152,39 (+1,04 %)
     
  • S&P 500

    4 411,79
    +44,31 (+1,01 %)
     
  • Nikkei 225

    27 548,00
    +159,80 (+0,58 %)
     
  • HANG SENG

    27 321,98
    -401,82 (-1,45 %)
     
  • GBP/USD

    1,3769
    +0,0002 (+0,01 %)
     

L'UE écarte tout sommet avec Vladimir Poutine et condamne fermement Viktor Orban

·1 min de lecture

Pas de sommet en vue avec Vladimir Poutine et une condamnation ferme de Viktor Orban. C'est ce qu'il est ressorti des échanges entre les dirigeants de l'Union européenne jeudi 24 juin. La législation hongroise controversée a suscité un débat d'une virulence inhabituelle lors d'un sommet des Vingt-Sept à Bruxelles, selon des participants. "Ce n'était pas une discussion diplomatique, c'était plutôt une confrontation", a commenté le Premier ministre belge Alexander De Croo, jugeant ce moment "assez historique".

Cette loi a conduit 17 pays membres, dont la France, l'Allemagne, les Pays-Bas, l'Italie et la Belgique, à interpeller dans une lettre les chefs de l'UE Charles Michel et Ursula von der Leyen et le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres (invité au sommet) sur la nécessité de faire respecter les valeurs européennes. Alexander De Croo a souligné que "la quasi-unanimité" des leaders avaient critiqué le dirigeant souverainiste qui n'a pu compter que sur le soutien de son homologue polonais et "un peu" du Slovène. "La discussion a été animée et très, très franche", a déclaré la chancelière allemande Angela Merkel. "Nous avons tous été très clairs sur les valeurs fondamentales auxquelles nous tenons".

Très offensif, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a affirmé que la Hongrie, avec sa loi, n'avait "plus rien à faire dans l'Union européenne". Il a lancé à Viktor Orban que si les valeurs de l'UE ne lui convenaient pas, il n'avait qu'à activer l'article 50 du traité "qui (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

JO de Tokyo : un protocole sanitaire strict pour le public et les sportifs
58 millions d’euros de cryptos se volatilisent, la justice plus sévère avec les discriminations sexistes... Le flash éco du jour
Face à la Russie, l’Allemagne et les Etats-Unis vont faire “front commun”
Chine : un visio inédit entre Xi Jinping et trois astronautes dans l'espace
Brexit : où en sont les échanges commerciaux avec les anciens partenaires cinq ans après ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles