La bourse ferme dans 8 h 27 min

Ludovic Huzieux : «Le marché du crédit immobilier est à l'arrêt»

L’APIC vient d’envoyer une lettre ouverte au Ministre de l’Economie et des finances et au Ministre du Logement, pour leur demander de prendre un ensemble de mesures d'urgence en faveur du courtage en crédit immobilier. Quelles sont vos principales revendications ?

Ludovic Huzieux : d’abord de nous permettre de boucler les dossiers en cours par voie électronique, notamment chez les notaires, sachant que de nombreux offices sont fermés. Aussi, d’offrir aux détenteurs d’un crédit immobilier la possibilité de suspendre ou reporter leurs échéances de remboursement comme l’a fait l’Italie.

Ensuite, de suspendre les recommandations du Haut Conseil de stabilité financière (HCSF) aux banques de durcir leurs conditions d’octroi de crédit. Il n’y a plus à craindre de surchauffe : le marché est quasiment à l’arrêt.

Signature à distance

Est-il possible de poursuivre un projet en cours ?

Ludovic Huzieux : oui, si vous avez fait une offre qui a été acceptée avant le confinement. Mais à condition de trouver un notaire qui rédige la promesse de vente ou l’acte authentique de vente avec signature à distance. S’il ne vous connaît pas, ce sera difficile. La plupart des signatures d'avant-contrats et d'actes définitifs prévues pour ces prochaines semaines sont reportées. On a même vu des fonds débloqués par des banques retournés car l’acte de vente n’avait pu être signé. 

Que faire si mon acte ne peut être signé ? 

Ludovic Huzieux : le mieux est de prendre contact avec votre vendeur qui comprendra que votre notaire ou votre banque ne puisse traiter votre dossier. Dans le contexte actuel, il aurait du mal à trouver un nouvel acheteur... 

Que font les banques ?

Ludovic Huzieux : les banques gèrent les urgences avec des équipes réduites. Elles traitent en priorité les dossiers de prêt en cours, par ordre chronologique, afin de Cliquez ici pour lire la suite