La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 712,48
    +5,16 (+0,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 962,41
    +0,42 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,97 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0405
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    1 754,00
    +8,40 (+0,48 %)
     
  • BTC-EUR

    15 817,73
    -164,17 (-1,03 %)
     
  • CMC Crypto 200

    386,97
    +4,32 (+1,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,28
    -1,66 (-2,13 %)
     
  • DAX

    14 541,38
    +1,82 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    7 486,67
    +20,07 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,96 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,03
    -100,06 (-0,35 %)
     
  • HANG SENG

    17 573,58
    -87,32 (-0,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,2091
    -0,0023 (-0,19 %)
     

LR: Le débat pour la présidence creuse l'écart entre Ciotti, Retailleau, Pradié

Christophe ARCHAMBAULT / AFP

Pendant une heure trente sur LCI, Eric Ciotti, Aurélien Pradié et Bruno Retailleau ont défendu leur vision pour le parti de droite tombé à 4,8% à la dernière présidentielle.

Quelques piques voilées, des nuances sur les retraites et une unanimité sur l'immigration: les trois candidats à la présidence des Républicains ont cherché à marquer des points ce lundi 21 novembre, lors de leur unique débat télévisé.

Pendant une heure trente sur LCI, Eric Ciotti, Aurélien Pradié et Bruno Retailleau ont défendu leur vision pour le parti de droite tombé à 4,8% à la dernière présidentielle.

Lire aussiImpôt sur le revenu : pourquoi sa généralisation séduit aussi bien le candidat LR Pradié que LFI

Dans cette compétition Eric Ciotti, qui passe pour le favori, a joué sa carte habituelle de fermeté en défendant une droite "qui ne s'excuse plus d'être elle-même" dans un pays "dangereusement engagée sur le chemin du déclin".

"Je veux l'unité sur une ligne claire", a assuré le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau qui a défendu "le rassemblement" d'une droite "fière de ses valeurs, avec une ligne claire sur le régalien et l'économie".​​​​​

Challenger de cette compétition, Aurélien Pradié a, lui, poussé l'argument du renouvellement en vantant son expérience "de maire, de sapeur-pompier volontaire", au service d'une "droite populaire" qui n'est "pas une punition".

Sur le rôle de LR, pas de divergence. "Pas question d'être la béquille de Marine le Pen ni le marchepied d'Emmanuel Macron", a résumé Bruno Retailleau.

Et dans ce débat souvent technique à douze jours du premier tour, chacun a d'abord retenu ses attaques lors d'un long développement sur le régalien et les retraites.

Tous ont défendu une vision très ferme sur l'immigration en revenant sur l'épisode de l'Ocean Viking, ce navire humanitaire débarqué à Toulon avec 234 migrants à bord. "C'est Italie 1-France 0", a estimé Eric Ciotti qui a martelé: "aucun droit pour les clandestins, ni logement, ni allocation, ni école".

Bruno Retailleau a lui dénoncé les "pompes aspirantes" à l'immigration et taclé le projet de "régularisation massive" du gouvernement avec son texte de loi attendu début 2023. Quant à A[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi