Marchés français ouverture 6 h 13 min
  • Dow Jones

    29 134,99
    -125,82 (-0,43 %)
     
  • Nasdaq

    10 829,50
    +26,58 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    26 454,39
    -117,48 (-0,44 %)
     
  • EUR/USD

    0,9579
    -0,0019 (-0,20 %)
     
  • HANG SENG

    17 860,31
    +5,17 (+0,03 %)
     
  • BTC-EUR

    19 991,13
    -283,40 (-1,40 %)
     
  • CMC Crypto 200

    439,96
    -19,17 (-4,18 %)
     
  • S&P 500

    3 647,29
    -7,75 (-0,21 %)
     

LR: Ciotti et Retailleau s'affrontent sur les décombres de la droite

Jacques Witt/SIPA

Le campus des jeunes Républicains a acté le duel entre Eric Ciotti et Bruno Retailleau pour la présidence des Républicains. Entre ces deux figures de l'aile droite de LR, rien n'est joué.

Qui sauvera de la disparition? C'est à cette sourde angoisse qu'ont tenté de répondre cadres et militants de LR ce week-end des 3 et 4 septembre à Angers, où se tenait le campus des Jeunes Républicains, qui fait figure de véritable rentrée politique de la droite depuis la fin des "Journées d'été" de La Baule. L'année dernière, les jalons de la présidentielle étaient déjà posés: Valérie Pécresse – future candidate de LR à la présidentielle – profitait d'un long bain de foule, tandis que les jeunes avec Zemmour s'essayaient, sans succès, à faire de l'entrisme. L'espoir était de mise. Cette année, c'est dans un tout autre décor et une autre atmosphère que se déroulaient le campus des jeunes LR: pulvérisés à la présidentielle (4,7%), Les Républicains doivent affronter une fuite des talents et un désintérêt croissant, caractérisée par les rangs clairsemés et l'absence de poids lourds ce week-end: aucun des trois derniers candidats à la présidentielle n'étaient présents – Valérie Pécresse s'est contentée d'un message lu à la tribune par la présidente intérimaire de LR Annie Génevard – quand les deux derniers présidents de LR, Christian Jacob et Laurent Wauquiez étaient aux abonnés absents.

Duel droitier

Dans cette ambiance crépusculaire, les deux principaux prétendants à la succession de Christian Jacob, et , se sont affrontés à fleurets mouchetés. "A 4,7%, on ne peut pas vraiment se permettre de se déchirer", ironise Othman Nasrou, vice-président du conseil régional d'Île-de-France et soutien de Bruno Retailleau. Alors que l'élection du député des Alpes-Maritime, auteur d'un bon score lors de la primaire LR, paraissait acquise, la candidature surprise de Bruno Retailleau, soutenu par de nombreux cadres du parti, rebat les cartes. Le patron des sénateurs LR, qui s'est dit très sollicité - "J'ai cru que mon téléphone allait casser" – entend proposer une "autre voie", "plus rassembleuse" que celle de son concurrent, souvent critiqué pour sa ligne très droitière. Sur le fo[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi