La bourse ferme dans 5 h 41 min
  • CAC 40

    7 040,49
    -41,52 (-0,59 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 133,67
    -24,96 (-0,60 %)
     
  • Dow Jones

    33 717,09
    -260,99 (-0,77 %)
     
  • EUR/USD

    1,0828
    -0,0028 (-0,26 %)
     
  • Gold future

    1 920,00
    -19,20 (-0,99 %)
     
  • BTC-EUR

    21 138,10
    -512,85 (-2,37 %)
     
  • CMC Crypto 200

    518,94
    -18,93 (-3,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,72
    -1,18 (-1,51 %)
     
  • DAX

    15 024,91
    -101,17 (-0,67 %)
     
  • FTSE 100

    7 728,20
    -56,67 (-0,73 %)
     
  • Nasdaq

    11 393,81
    -227,90 (-1,96 %)
     
  • S&P 500

    4 017,77
    -52,79 (-1,30 %)
     
  • Nikkei 225

    27 327,11
    -106,29 (-0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 842,33
    -227,40 (-1,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2319
    -0,0035 (-0,29 %)
     

Loyers impayés : les propriétaires vont pouvoir résilier de manière unilatérale le bail

Pixabay

L'Assemblée nationale a adopté mardi 29 novembre une mesure permettant à un propriétaire de résilier de manière unilatérale le bail d'un locataire en cas d'impayés, sans engager d'action en justice, dans le cadre de l'examen d'une proposition de loi anti-squats. Il s'agit de l'une des dispositions d'un texte porté par le macroniste Guillaume Kasbarian (Renaissance) pour une meilleure protection des "petits propriétaires qui ne roulent pas sur l'or" mais que la gauche qualifie d'"anti-locataires". L'article adopté mardi en première lecture, avec 154 voix contre 50, vise à accélérer les procédures judiciaires dans les litiges locatifs en incluant de manière systématique dans les contrats de bail une "clause de résiliation de plein droit".

>> Notre service - Estimez le prix d’un bien immobilier (immédiat, gratuit et sans engagement)

Activer cette clause, en cas d'impayés de loyers notamment, permettrait à un propriétaire d'obtenir la résiliation du bail sans avoir à engager une action en justice et de pouvoir ainsi obtenir plus rapidement une expulsion du locataire. Contrairement à ce qui était prévu dans sa version initiale, le texte prévoit que le juge pourra suspendre cette clause, à condition que le locataire le demande. Le Modem, soutenu par la gauche et le gouvernement sur ce point, souhaitait que le juge puisse se saisir d'office pour suspendre cette clause, sans demande venant du locataire, pour tenir compte des situations de fragilité. Mais l'amendement en ce sens a été rejeté. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Voici où acheter un immeuble à moins de 300.000 euros pour doper votre rentabilité
Encadrement des loyers à Marseille : le gouvernement donne son feu vert
Vacances au ski : avalanche de passoires thermiques, bientôt la fin des locations ?
Le gouvernement veut réformer le droit de la copropriété pour faciliter les rénovations énergétiques
Immobilier : près d’une vente sur dix capote à cause d’un refus de crédit