La bourse ferme dans 8 h 30 min
  • CAC 40

    5 902,99
    +120,34 (+2,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 763,24
    +93,70 (+2,55 %)
     
  • Dow Jones

    31 802,44
    +306,14 (+0,97 %)
     
  • EUR/USD

    1,1885
    +0,0032 (+0,27 %)
     
  • Gold future

    1 694,10
    +16,10 (+0,96 %)
     
  • BTC-EUR

    45 138,50
    +2 422,21 (+5,67 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 080,47
    +56,27 (+5,49 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,52
    -0,53 (-0,81 %)
     
  • DAX

    14 380,91
    +460,22 (+3,31 %)
     
  • FTSE 100

    6 719,13
    +88,61 (+1,34 %)
     
  • Nasdaq

    12 609,16
    -310,99 (-2,41 %)
     
  • S&P 500

    3 821,35
    -20,59 (-0,54 %)
     
  • Nikkei 225

    29 027,94
    +284,69 (+0,99 %)
     
  • HANG SENG

    28 574,39
    +33,56 (+0,12 %)
     
  • GBP/USD

    1,3878
    +0,0056 (+0,40 %)
     

Louis Gallois se dit favorable à l'extension du RSA aux 18-25 ans "avec probablement un certain nombre de conditions"

franceinfo
·1 min de lecture

Louis Gallois est favorable à l'extension du RSA aux 18-25 ans "avec probablement un certain nombre de conditions", a-t-il expliqué lundi 18 janvier sur France Inter. Louis Gallois, qui vient de quitter la présidence du conseil de surveillance de PSA, préside l'expérimentation "Territoires zéro chômeur" et copréside également le think-tank La Fabrique de l'Industrie.

"Les jeunes souffrent particulièrement de la crise et moi je suis très clairement pour que le RSA puisse être appliqué aux jeunes de 18 à 25 ans, un RSA revalorisé d'ailleurs. Peut-être faut-il y mettre un certain nombre de contraintes, de conditions, de formation, d'accompagnement, d'emploi", estime Louis Gallois. Il souligne que "25% des personnes qui sont dans les centres d'hébergement ont moins de 25 ans".

"Être pauvre, c'est un métier à plein temps"

Interrogé sur la position d'Emmanuel Macron qui affirme que ce que souhaitent les jeunes c'est du travail et non du revenu de solidarité active (RSA), Louis Gallois répond "qu'on cherche d'autant mieux un job quand on a les moyens de vivre".

"Ce qui me préoccupe, c'est cette idée que dès lors qu'on donnerait du RSA, qu'on revaloriserait le RSA, les gens n'auraient plus envie de travailler. Je pense (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi