Marchés français ouverture 6 h 41 min

Loués sur Airbnb, les logements sociaux peuvent rapporter gros

Décoration de bon goût, matelas ferme et vue bien dégagée sur les toits parisiens… Le lieu est "confortable et calme", comme l’avait promis l’annonce dénichée sur Airbnb. En cette fin d’été, les trois nuits que nous avons passées dans un studio de 12 mètres carrés, moyennant un total de 150 euros, ont été des plus reposantes. Légère surprise qui n’a pas porté à conséquence sur la qualité du séjour, le petit appartement est situé dans un bâtiment géré par Adoma.

Cette filiale de la Caisse des dépôts et consignations, héritière de la fameuse Sonacotra qui, jusqu’au milieu des années 1990, accueillait les travailleurs immigrés, est aujourd’hui spécialisée dans l’hébergement de personnes en difficulté, jeunes en insertion, travailleurs précaires et autres. Et nous sommes loin d’être les premiers à louer dans ce foyer : une bonne centaine de personnes se sont fendues d’un commentaire sur le site d’Airbnb, les plus anciens remontant à près de deux ans.

>> A lire aussi - Elle devra rembourser 48.000 euros à son propriétaire pour avoir sous-loué son appartement sur Airbnb

On peut même se demander si la studette est fréquemment utilisée par son occupant "officiel" car ce dernier n’a laissé qu’une poignée de vêtements, deux paquets de pâtes et du thé. Si l’on en croit les commentaires, il a été loué au moins deux cents nuits à 50 euros, soit un gain minimal de 10.000 euros. C’est ce que l’on appelle mettre du beurre dans les épinards sur le dos de la communauté des citoyens. Et cela permet au passage de régler sans peine le loyer mensuel de la chambre, de l’ordre de 250 euros selon nos informations, en juste cinq nuitées.

Pour ceux qui disposent d’un logement social, voilà une façon maligne, mais strictement défendue, d’arrondir des fins de mois que l’on imagine certes difficiles : le placer ni vu ni connu sur Airbnb. On le sait, la sous-location est en principe interdite sur les plateformes d’hébergement, sauf si le propriétaire a été prévenu et a donné son accord. Ce qui peut

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le "Hot Rod" de Johnny aux enchères ce samedi
Sept des huit raffineries françaises en grève. Bientôt la pénurie ?
Policiers, aides-soignants, enseignants… les arguments du gouvernement pour leur “vendre” la réforme des retraites
Peugeot : Dongfeng pourrait vendre des actions avant la fusion avec Fiat Chrysler
Le bien-être au travail est-il en danger ?