La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 739,73
    -336,14 (-4,75 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 089,58
    -203,66 (-4,74 %)
     
  • Dow Jones

    34 899,34
    -905,04 (-2,53 %)
     
  • EUR/USD

    1,1322
    +0,0110 (+0,99 %)
     
  • Gold future

    1 788,10
    +1,20 (+0,07 %)
     
  • BTC-EUR

    48 005,34
    -892,77 (-1,83 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 365,60
    -89,82 (-6,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    68,15
    -10,24 (-13,06 %)
     
  • DAX

    15 257,04
    -660,94 (-4,15 %)
     
  • FTSE 100

    7 044,03
    -266,34 (-3,64 %)
     
  • Nasdaq

    15 491,66
    -353,57 (-2,23 %)
     
  • S&P 500

    4 594,62
    -106,84 (-2,27 %)
     
  • Nikkei 225

    28 751,62
    -747,66 (-2,53 %)
     
  • HANG SENG

    24 080,52
    -659,64 (-2,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,3342
    +0,0022 (+0,16 %)
     

Comment l'Orne a inversé deux siècles d'exode rural avec la pandémie

·2 min de lecture

Et si le grand vainqueur du Covid était …l’Orne? Depuis la pandémie, ce département est devenu le chouchou des Parisiens, qui y trouvent verdure, service et proximité géographique. Conséquence: le département est en train d’attirer des dizaines de nouvelles familles chaque mois et met un terme à deux siècles d’exode rural.

C'est un afflux sans précédent depuis deux siècles. Au total, au cours des derniers dix-huit mois, le département de l'Orne aurait accueilli près de 30.000 nouveaux habitants. Le chiffre, encore provisoire, devrait être confirmé par le prochain recensement de l’Insee. Ce qui est sûr, c'est que sa population a gagné près de 30.000 habitants, inversant deux siècles de dépopulation. L'Orne était en effet tombée à 285.000 habitants alors qu’elle en comptait 400.000 au XIXème siècle… Et tout cela, grâce au Covid, qui a inversé le sens de déplacement de la population, et à une politique bien ciblée qui vise en priorité les... Parisiens!

Un des principaux arguments du département : sa nature. Ici, la pêche en rivière à Saint-Céneri-le-Gérei. Mais il dispose aussi d'autres atouts, plus déterminants pour des citadins en mal de déménagement...

Publicité hyper-ciblée

"L’avenir pousse mieux dans l’Orne": c’est le slogan de la dernière campagne du département. Cible? Les Parisiens. Notamment tous ceux qui en ont marre des transports engorgés, de la pollution, du stress et du prix de l’immobilier. L’an dernier, l’Orne avait déjà cartonné avec une campagne remarquée (et notamment par ), dans le métro parisien, avec son "Le choix d'une vie n'est pas secondaire". Car le département normand, un peu en dehors des radars, et à cheval sur la Bretagne, les Pays de Loire et la région parisienne, n’est pas qu’une terre à vaches et à chevaux. C’est aussi une terre à résidences secondaires, et notamment pour les Parisiens, qui ne sont qu’à 1h30 de route de sa verdure. "A tous ces Parisiens qui ont une résidence secondaire chez nous, nous disons: restez!" martèle Hugues Cunegatti, chargé de mission au conseil départemental de l'Orne. Apparemment, il a été entendu, si l'on en juge par les témoignages des néo-Ornais, interrogés par le département comme ici:

Le département ne manque pas d’arguments. Le premier, crucial pour les télétravailleurs: c’est sa connectivité. En 2015, il a été le pr[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles