La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 765,52
    -30,23 (-0,44 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 080,15
    -27,87 (-0,68 %)
     
  • Dow Jones

    34 580,08
    -59,71 (-0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,1317
    +0,0012 (+0,10 %)
     
  • Gold future

    1 782,10
    +21,40 (+1,22 %)
     
  • BTC-EUR

    43 282,40
    -5 520,24 (-11,31 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 367,14
    -74,62 (-5,18 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,22
    -0,28 (-0,42 %)
     
  • DAX

    15 169,98
    -93,13 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 122,32
    -6,89 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    15 085,47
    -295,85 (-1,92 %)
     
  • S&P 500

    4 538,43
    -38,67 (-0,84 %)
     
  • Nikkei 225

    28 029,57
    +276,20 (+1,00 %)
     
  • HANG SENG

    23 766,69
    -22,24 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3235
    -0,0067 (-0,50 %)
     

L'origine des énigmatiques momies du Bassin du Tarim n'est plus un casse-tête chinois

·1 min de lecture

L’étude génomique des momies de l’âge du Bronze découvertes dans le Bassin du Tarim, en Chine, révèle l’origine de ces extraordinaires vestiges millénaires. La fin d’un mystère qui aura fait couler beaucoup d’encre.

Réputées pour leur apparence physique "indo-européenne", les momies exhumées à l’ouest de la Chine dans les sables du désert du Taklamakan - "celui dont on ne revient pas" -, défrayaient la chronique depuis des décennies. Leurs traits "caucasiens" - nez droits, yeux ronds, cheveux clairs - et leurs vêtements de laine feutrée et tissée ornés de motifs à carreaux ont longtemps conduit des spécialistes à associer ces anciennes cultures d’Asie centrale à une origine européenne. De très nombreuses théories avaient cours pour tenter d’expliquer la raison de leur présence dans le bassin du Tarim, au sud de l’actuelle province ouïghoure du Xinjiang (l’ex-Turkestan chinois). Or une étude publiée ce mercredi 27 octobre 2021 dans la revue Nature, menée par une équipe internationale, vient de mettre fin au mystère. Elle détermine les origines génétiques de ces énigmatiques momies naturellement conservées depuis des millénaires du fait des conditions extrêmes de ce désert. Autrefois considérées comme des populations originaires d’Occident, ces anciens habitants de l’Age du Bronze se sont révélés être finalement d’origine locale : "une population génétiquement isolée mais culturellement cosmopolite", selon les signataires de l’article.

Coiffée d'un bonnet de feutre, cette jeune femme aux longs cheveux âgée de 4000 ans a été découverte dans le cimetière de Xiaohe, dans le Bassin du Tarim, au Xinjiang, en Chine. Crédits : Wenying Li, Xinjiang Institute of Cultural Relics and Archaeology.

Quelles étaient jusque-là les théories concernant l’origine de ces dépouilles exhumées entre autres dans le cimetière de Xiaohe, dit le site des Mille momies (lire encadré) signalé en 1934 par l’explorateur suédois Folke Bergmann mais seulement retrouvé en 2003 par l’archéologue de l’Institut d’archéologie du Xinjiang, Idriss Abdurussul ? "L’apparence physique des momies du bassin du Tarim avaient conduit certains chercheurs à spéculer qu’il pouvait s’agir de descendants des éleveurs yamnayas, une[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles