Publicité
La bourse ferme dans 4 h 26 min
  • CAC 40

    7 685,24
    -39,08 (-0,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 026,72
    -16,30 (-0,32 %)
     
  • Dow Jones

    40 000,90
    +247,10 (+0,62 %)
     
  • EUR/USD

    1,0916
    +0,0006 (+0,05 %)
     
  • Gold future

    2 420,00
    -0,70 (-0,03 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 331,09
    +2 350,67 (+4,28 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 303,21
    +34,26 (+2,70 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,13
    -0,08 (-0,10 %)
     
  • DAX

    18 708,92
    -39,26 (-0,21 %)
     
  • FTSE 100

    8 231,51
    -21,40 (-0,26 %)
     
  • Nasdaq

    18 398,45
    +115,04 (+0,63 %)
     
  • S&P 500

    5 615,35
    +30,81 (+0,55 %)
     
  • Nikkei 225

    41 190,68
    -1 033,32 (-2,45 %)
     
  • HANG SENG

    18 015,94
    -277,44 (-1,52 %)
     
  • GBP/USD

    1,2979
    -0,0011 (-0,09 %)
     

Lorient-Nice: l'arbitre n'a pas signalé de coup de pression des dirigeants niçois

Lorient-Nice: l'arbitre n'a pas signalé de coup de pression des dirigeants niçois

Le président du FC Lorient Loïc Féry aurait-il exagéré la gravité de la situation voire délibérément menti sur les réseaux sociaux dimanche dernier, en accusant l’OGC Nice d’avoir voulu mettre la pression sur le corps arbitral à la mi-temps?

Si incident il y a eu avec le directeur sportif des Aiglons, l’arbitre n’en a pas fait état à l’issue de la rencontre de la deuxième journée de Ligue 1. Selon les informations de RMC Sport, Hakim Ben El Hadj, l'arbitre du match, n’a mentionné aucun incident avec Florent Ghisolfi dans son rapport d’après-match.

>> Toutes les infos sur la Ligue 1 en direct

"Méthodes d'un autre temps"

Le tweet de Loïc Féry, publié pendant la rencontre, n’a évidemment pas échappé aux dirigeants azuréens. En zone mixte, après le match, qui s'est finalement soldé par un nul (1-1), les dirigeants de l'OGC Nice ont pris soin de faire passer le message: "Non, il n’y a pas eu de volonté de faire pression sur l’arbitre de la rencontre." Le club a ainsi offert un démenti ferme aux accusations portées à son encontre par Féry.

PUBLICITÉ

"Si Nice est arbitré favorablement en deuxième mi-temps contre le FC Lorient, on se rappellera que son directeur sportif a essayé de mettre la pression sur le corps arbitral à la mi-temps. Méthodes d’un autre temps dans une Ligue 1 moderne et sereine", dénonçait à la mi-temps de la rencontre le patron du FC Lorient.

L’OGC Nice avait objectivement des raisons de se sentir lésé par l’arbitrage. En cause, la décision de l’arbitre de ne pas accorder un penalty à Evann Guessand (buteur à la reprise), qui avait subi une faute (36e) sur laquelle il s’était fait couper la chaussure en deux.

La veille, le Toulousain Aboukhlal avait obtenu un penalty face au PSG sur une action similaire. En zone mixte, Guessand a d'ailleurs affirmé qu'il y avait, selon lui "clairement penalty".

Article original publié sur RMC Sport