Marchés français ouverture 1 min
  • Dow Jones

    31 802,44
    +306,14 (+0,97 %)
     
  • Nasdaq

    12 609,16
    -310,99 (-2,41 %)
     
  • Nikkei 225

    29 027,94
    +284,69 (+0,99 %)
     
  • EUR/USD

    1,1885
    +0,0032 (+0,27 %)
     
  • HANG SENG

    28 573,53
    +32,70 (+0,11 %)
     
  • BTC-EUR

    45 138,50
    +2 422,21 (+5,67 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 080,47
    +56,27 (+5,49 %)
     
  • S&P 500

    3 821,35
    -20,59 (-0,54 %)
     

A Lorient, face à la détresse des étudiants, une professeure organise des "cours sauvage"

·1 min de lecture

Avec la crise du Covid-19, beaucoup d’étudiants sont démoralisés, anxieux, voire dépressifs. Les responsables d’universités s’inquiètent de plus en plus de leur décrochage.
L'enseignement se fait presque uniquement à distance, seuls quelques travaux pratiques et des cours en petit comité pour les élèves de première année sont autorisés en présentiel. A Lorient pourtant, Florence Gourlay a décidé d’organiser sauvagement des cours en présentiel : "J’ai fait un cours complètement ordinaire, et c’est devenu quelque chose d’extraordinaire", explique cette professeure de géographie au micro d'Europe 1.

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation jeudi 21 janvier

Le déclic survient une semaine plus tôt. Constatant le ras-le-bol général lors d'une discussion avec ses étudiants, elle tombe d'accord avec eux pour se réunir à nouveau. En quelques jours, elle s'organise pour réserver des salles d’université et invite les élèves qui le souhaitent à revenir en amphi. Elle ne ment à personne et précise qu'il s'agit bien d'une démarche pour un cour en présentiel. Sa direction ne réagit pas.

"Dégager son nez de l'écran"

"Il y avait une cinquantaine d’étudiants inscrits à ce cours. J’en avais 35 en présentiel et 22 sur l’écran, en distanciel. On était dans une salle de 90 places, tout le monde avait son masque", précise Florence Gourlay qui organise désormais ses cours aussi bien pour les licences que pour les masters. "Le fait de dégager son nez de l’écran, d’avoir ...


Lire la suite sur Europe1